Articles

“Le renforcement des capacités des employés est très important”, Pam Belcher-Taylor, maire de Paynesville (Libéria)

Mme Pam Belcher-Taylor est maire de Paynesville, la plus grande ville du Libéria, qui compte environ 320 000 habitants. Depuis son arrivée en 2018, elle a fait du renforcement des capacités des ressources humaines de sa municipalité l’un des principaux piliers de son mandat.  Et ce,  particulièrement en faveur des femmes et des jeunes filles.  C’est ainsi que des groupes de femmes ont été créés pour aider les jeunes filles de la rue à changer leurs conditions de vie et à acquérir des compétences professionnelles.

Dans cette vidéo, Mme  Pam Belcher-Taylor parle de certains  projets lancés par sa municipalité et donne des conseils aux jeunes qui veulent s’engager en politique.

Mme Pam Belcher-Taylor a partagé l’expérience de Paynesville avec d’autres autorités locales africaines lors de la 3ème édition du  FAMI (Forum des Managers Territoriaux et des Instituts de Formation ciblant les Collectivités Territoriales en Afrique ), organisé par l’Académie africaine des collectivités territoriales  (ALGA) de CGLU Afrique du  10 -14 juin 2019 à Ifrane (Maroc).

Regardez l’interview ci-dessous ( Disponible en  anglais).

Voir la présentation des projets de Paynesville  (Disponible en anglais).

 

Réunion extraordinaire du comité exécutif de CGLU Afrique : Le Maroc choisi comme candidat de l’Afrique pour la présidence de CGLU Monde

Libreville, la capitale du Gabon a abrité le 26 juillet 2019, une réunion extraordinaire du comité exécutif de CGLU Afrique.  La rencontre convoquée à l’initiative du président de CGLU Afrique, M. Léandre Nzue, maire de Libreville, a été officiellement ouverte par le premier-ministre du Gabon : Son excellence M.  Julien Nkoghe Bekalé.

Le seul point à l’ordre du jour de la réunion extraordinaire du Comité Exécutif était la désignation des candidats de l’Afrique pour la Présidence de l’organisation mondiale Cités et Gouvernements Locaux Unis (CGLU) lors  du Congrès Mondial qui se tiendra du 11 au 15 novembre 2019 à Durban, Afrique du Sud.

Pour la désignation du candidat au poste de président mondial de CGLU, les membres du comité exécutifs présents ont eu recours au vote afin de choisir entre la candidature marocaine portée par l’Association des Présidents des Conseils Communaux du Maroc (AMPCC) et la candidature Sud-Africaine, portée par l’Association Nationale des Collectivités Locales d’Afrique du Sud (SALGA).  A l’issue du vote, la candidature marocaine a obtenu la majorité des voix.

Ainsi, le président de l’AMPCC, M. Mohamed Boudra sera le candidat de l’Afrique pour briguer le poste de président mondial de CGLU.

En ce qui concerne la désignation du candidat de l’Afrique au poste de Vice-Président Afrique de CGLU, le choix s’est porté sur la seule candidature en lice, celle de l’Association des Municipalités du Burkina Faso (AMBF), représentée par son président, M. Armand Béouindé

Les élections pour le renouvellement des instances de CGLU sont prévues du 11 au 15 novembre 2019 à Durban en Afrique du Sud lors du sommet mondial des dirigeants locaux et régionaux.

Le président de CGLU Afrique, M. Léandre Nzue a invité tous les membres à se mobiliser et soutenir la candidature marocaine pour le poste de président de l’organisation mondiale CGLU.

A Durban, l’Afrique aura pour mission de rééditer l’exploit de 2016 à Bogota (Colombie), où elle avait été pour la première fois portée à la tête de l’organisation mondial par le biais de son candidat Park Tau, à l’époque président de l’Association Nationale des Collectivités Locales d’Afrique du Sud (SALGA).

 

La présentation du Comité Exécutif de CGLU Afrique est disponible ici .

 

 

Inscrivez –vous au collège CGLU Afrique/ALGA sur l’égalité de genre

L’Académie Africaine des Collectivités Territoriales (ALGA) de Cités et Gouvernements Locaux Unis d’Afrique (CGLU Afrique) procèdera au lancement du lancement de son collège sur : “Egalité genre et Autonomisation des Femmes et des Filles pour la mise en œuvre de l’ODD5 et de la Vision Africaine en matière des Droits des femmes », du 09 au 13 décembre 2019 au Royaume du Maroc, Rabat.

OBJECTIF GENERAL :

Le Séminaire International (collège) sera l’occasion d’informer les participant(e)s sur les progrès réalisés en matière de mise en œuvre de l’ODD 5 et de la vision africaine sur les droits des femmes, et de les sensibiliser sur les concepts, les enjeux, les défis, les mesures prises et les bonnes pratiques en matière d’autonomisation des femmes et des filles. Il sera également une opportunité pour mettre en lumière l’engagement de CGLU-Afrique pour l’égalité genre et pour l’autonomisation des femmes et des filles.

PUBLIC CIBLE :

– Les Maires, les Président(e)s de Collectivités Territoriales ou d’Associations des Collectivités Locales, les Femmes Elues Locales ; les décideurs locaux et responsables des Collectivités Territoriales ; – Les femmes cadres des Institutions Publiques ; – Les Leaders des ONG, Organisations de la Société Civile (OSC), les Organisations Communautaires de Base (OCB) et autres acteurs clés de la Société Civile ; – Les Responsables des institutions intervenant dans l’appui conseil aux Collectivités Territoriales ;

Lire la suite ici : Note conceptuelle.

 

Ci-dessous la  fiche d’inscription  à compléter et à renvoyer  aux adresses e-mails suivantes avant le 2 décembre 2019 : lramilijaona@uclga.org ; pdabire@uclga.org  avec copie à najat_zarrouk@yahoo.fr.

 

Fiche d’inscription.

Le REFELA parmi la délégation des maires du monde, reçu en audience par le Secrétaire Général des Nations Unies, au Forum Politique de haut niveau sur le développement durable

Le Forum politique de haut niveau est l’instance des Nations Unies chargée de l’examen mondial des progrès accomplis dans la réalisation des Objectifs de développement durable (ODD). Ce Forum 2019, tenu du 09-18 juillet au Siège des Nations Unies à New York, a eu  pour thème principal : « Autonomiser les populations et assurer l’inclusion et l’égalité ». Il a été question de  voir comment donner des moyens d’action aux populations et assurer l’inclusion et l’égalité, tout en évaluant les progrès d’ensemble dans la réalisation des ODD, en accordant une attention particulière aux ODD 4, 8, 10, 13, 16 et 17.

C’est dans ce cadre que le Secrétaire Général de l’organisation des Nations Unies, M. António Guterres a reçu en audience, une délégation des maires du monde, qui représentait plusieurs réseaux, membres de la Global Taskforce, dont font partie CGLU et le Réseau des Femmes Elues Locales d’Afrique (REFELA) de CGLU Afrique. Cette délégation a été conduite par le Président de l’organisation mondiale de CGLU, M. Parks Tau avec la participation de la  Présidente de REFELA, Mme Macoura Coulibaly Dao, maire de la commune de Foumbolo-Côte d’Ivoire et d’autres maires d’Afrique et d’ autres continents.

Lors de cette audience, le Secrétaire Général de l’organisation des Nations Unies a mentionné entre autre, l’importance du rôle des autorités locales dans la localisation des 17 ODD de l’Agenda international, pour « Autonomiser les populations et assurer l’inclusion et l’égalité »,  tel que débattu dans ce Forum Politique, de haut niveau sur le developpement durable.

L’enjeu pour les maires présents à cette audience et comme pour la Présidente du REFELA était de convaincre le Secrétaire Général de l’ONU de donner un temps de parole devant l’Assemblée Générale des Nations Unis pour attirer l’attention sur les autorités locales.

Intervention des élus locaux :

La GLOBAL Taskforce pourrait être un interlocuteur crédible. Il s’agit de faire bouger les mécanismes de gouvernance, en demandant aux Etats de considérer la place des autorités locales à  leurs côtés. L’enjeu est d’unir les forces et les moyens d’action pour faire face aux défis tels que les urgences écologiques, l’égalité des genres, la résorption de la pauvreté, le développement de l’éducation, le rééquilibrage des  politiques publiques et des actions globales qui aujourd’hui rendent vulnérables les populations.

Les autorités locales sont en  première ligne pour relever ces défis. Il  faut qu’elles aient les moyens d’agir : reconnaître leur rôle et leur offrir une place au sein de la gouvernance mondiale seraient un pas important.

Au nom du REFELA, la Présidente Mme Macoura Dao, a pu exprimer un message fort au Secrétaire Général de l’ONU : « Le REFELA s’associe aux différents messages délivrés par les représentants des réseaux d’élus,  et attire l’attention sur l’importance de la proximité des élues locales africaines, pour atteindre les objectifs mondiaux. En outre, il faudrait compter sur les femmes maires et élues locales d’Afrique, regroupées au sein du REFELA et sur leur détermination à agir pour la mise en œuvre des ODD 4, 5, 11 et 15. Elles proposent de réaliser  trois campagnes, i) la campagne des villes africaines sans enfants de la rue, ii) la campagne des villes africaines à zéro tolérance face aux violences faites aux femmes et aux filles et iii) la campagne des villes africaines favorables à l’autonomisation économique des femmes ; convaincues qu’elles permettraient si elles sont mise en œuvre, de contribuer à faire des villes et territoires d’Afrique, des communautés durables, où les habitant-es sentent concrètement l’amélioration de leurs conditions de vie. Ceci n’est possible qu’avec l’amélioration de l’inclusion économique, sociale, politique des femmes et le soutien de la communauté internationale».

Réponse du  Secrétaire Général : « Vous prêchez à un convaincu, ma femme est toujours élue locale en Italie et moi-même, j’ai eu des mandats locaux… Je comprends l’importance des actions des autorités locales et la spécificité de leurs rôles dans la mise en œuvre des ODD. Seulement, c’est le forum des Etats et je ne suis pas le seul à décider. Il est évident que certains sont contre le fait de mettre en avant les autorités locales, mais je vous soutiens…Il faut que vous convainquiez chacun de vos Etats, de vous prendre dans la délégation officielle…Je félicite le REFELA, je sais que les femmes ont besoin de soutien, et je vous soutiendrai… »

Appel à Consultation: Participation au Projet de Rédaction de La Charte des collectivités locales pour l’égalité de genres en Afrique ( Date limite : le 30 Septembre 2019)

Présentation

La présente consultation en ligne a pour dessein d’associer un plus grand nombre de personnes au projet de rédaction de la « Charte des collectivités locales pour l’égalité de genre en Afrique », qui s’inscrit dans la cadre de la mise en œuvre du « Pacte Europe-Afrique de Marrakech pour l’égalité locale » établit par REFELA-CGLU Afrique avec CCRE-Platforma-Section Europe et l’organisation mondiale CGLU, lors de la 8ème édition du Sommet Africités de Marrakech, (20 au 24 novembre 2018).

Cette consultation en ligne s’adresse aux gouvernements locaux d’Afrique, aux instances de CGLU Afrique et du REFELA, aux associations nationales des collectivités locales d’Afrique. Comme également, elle cible les organisations de la société civile, dont les associations des droits des femmes, les organismes nationaux d’Afrique et d’Europe, et toutes les personnes portant intérêt à la promotion de l’égalité de genre en Afrique et voulant s’associer par leurs idées et propositions à ce projet de rédaction de la charte.

Pour ce faire, cette consultation en ligne se base sur un questionnaire succinct (8 questions fermées, avec explications) et facile à administrer. Elle vise à recueillir des informations, des avis, des orientations et des conseils à prendre en considération lors de la rédaction de la charte, en vue d’aboutir à un projet de « Charte des collectivités locales pour l’égalité de genre en Afrique » rédigé de manière participative et concertée.

Soyez nombreux, Ms et Mmes les maires, élu-es locaux, représentant-es de la société civile, d’organismes nationaux et internationaux à répondre au questionnaire

veuillez trouver le questionnaire à complétez ici

(Mettre des croix selon vos réponses, et merci d’expliquer vos réponses)

Veuillez envoyer le questionnaire à l’adresse suivante : KDrissa@uclga.org / mghefrane@uclga.org ou possibilité d’envoyer par fax au numero suivant: +212 537 260 060

Possibilité de répondre en ligne aux liens suivants :
Français
Anglais

Les prémices de la rédaction de la « Charte des collectivités locales pour l’égalité de genres en Afrique »

Le jeudi 4 juillet 2019 à la mairie de Paris (France), s’est tenue la première réunion du comité Europe- Afrique de rédaction de la « Charte des collectivités locales pour l’égalité de genres en Afrique ».

Cette 1ère réunion s’inscrit dans la cadre de la mise en œuvre du « Pacte Europe-Afrique de Marrakech pour l’égalité locale » adopté en novembre 2018 par les femmes maires et élues locales, durant la 8ème édition du Sommet d’Africités, et signé par le Réseau des Femmes Elues et leaders des collectivités territoriales d’Afrique (REFELA) de CGLU Afrique, le Conseil des communes et régions d’Europe (CCRE)-Platforma et l’organisation mondiale des gouvernements locaux et régionaux (CGLU).

La rencontre a été ouverte en présence M.  Pierre Aidenbaum, maire du 3ème arrondissement de Paris, M. Frédéric Vallier, Secrétaire Général du CCRE, Mme Dao Macoura Coulibaly, Présidente du REFELA, Mme Henriette Essame, Vice- Présidente REFELA pour la région Afrique centrale, Mme Irma Juliandres Harilalaina, Vice- Présidente REFELA pour la région Afrique de l’Est.

Les points à l’ordre du jour de la réunion étaient :

-La présentation du projet de démarche d’élaboration de la charte selon une approche participative,

-La Présentation du questionnaire pour la consultation en ligne,

–  La présentation de la Charte européenne ;

– Une discussion sur le projet de démarche et des questions clés ;

– L’adoption du calendrier des activités à venir ;

-Une brève présentation du congrès mondial de CGLU prévu du 11 au 15 novembre 2019 à Durban, Afrique du Sud.

Dans son allocution, Mme Macoura Dao présidente du REFELA a notamment souhaité voir la charte adoptée lors du congrès de Durban. « Le prochain rendez-vous important est le congrès mondial de CGLU en novembre 2019. Nous souhaiterions voir cette Charte finalisée d’ici la tenue de ce congrès pour qu’elle puisse être discutée et adoptée à cette occasion », a-t-elle déclaré.

La réunion modérée par M. Emil Broberg, Président de la commission permanente pour l’égalité de CCRE, et membre de l’association suédoise des autorités locales et régionales, a été marquée par des échanges fort pertinents et un partage d’information et de propositions qui ont enrichis la démarche de rédaction de la charte.

 

Le comité dont le nom a changé pour être mieux adapté à sa mission : le comité Afrique-Europe de consultation et d’appui à la charte, se donne comme mission de suivre et de soutenir la rédaction de la charte ; en soulignant que la charte doit être un produit africain. Les intervenants et intervenantes ont insisté sur le fait qu’il faudrait élargir la consultation des maires et des élus femmes et hommes des villes et collectivités d’Afrique pour leur participation dans ce processus de rédaction et pour garantir dès cette étape une meilleure information et communication sur la charte et lui permettre ainsi un meilleur ancrage une fois rédigée et adoptée.

Une des principales recommandations est de prendre le temps nécessaire pour la rédaction des premiers drafts de cette charte par le groupe de travail interne au REFELA CGLU Afrique et à soumettre dans le cadre de réunions du comité, voire d’ateliers et d’évènement tel que le 6ème congrès mondial de CGLU à la concertation pour leur enrichissement ; l’important étant d’aboutir à une version finale de cette charte conforme aux attentes des gouvernements locaux d’Afrique.

 

Le comité de rédaction a par ailleurs approuvé le projet de démarche d’élaboration de la « Charte des collectivités locales pour l’égalité de genres en Afrique »,  la plateforme de consultation en ligne et le calendrier des activités à venir du Comité sur la période 2019-2021.

Les principales étapes comprennent :

  • L’organisation d’une session durant le Congrès Mondial de CGLU à Durban (11-15 novembre 2019) par CGLU Afrique, en collaboration avec le CCRE et avec le soutien de CGLU, visant à présenter le Pacte et le plan de rédaction de la Charte, et favoriser l’émergence d’un débat au niveau international, en convoquant notamment la participation d’autres sections régionales de CGLU;
  • La prépareration, l’organisation et la réalisastion par le CCRE et CGLU Afrique, avec l’appui de CGLU, de la deuxième réunion de travail du Comité de rédaction et d’une session durant le Forum Europe-Afrique visant à présenter le Pacte et le projet de charte pour approbation (courant 2020) ;
  • La finalisation de la charte et la production d’un plan stratégique d’information, de diffusion et de plaidoyer pour l’adhésion et la signature de la charte;
  • La préparation, l’organisation et la réalisation par CGLU Afrique et le CCRE, avec le soutien de CGLU d’une session de présentation, d’information, de diffusion et de plaidoyer sur le Pacte, visant à inciter l’adhésion à la charte et à lancer le processus de signature de la Charte durant la 9ème édition Sommet Africités de CGLU Afrique au Kenya, (16-20 Novembre 2021).

Pour rappel, l’élaboration de la charte vise à répondre aux engagements pris par les élus locaux au niveau du Continent africain et à l’échelle internationale. En ce qui concerne entre autres : La déclaration solennelle sur l’égalité entre les hommes et les femmes en Afrique (2008), les principes et l’aspiration 6 de la vision 2063 de l’Union Africaine, l’Agenda 2030 sur les objectifs de développement durable (ODD), particulièrement l’ODD5 : parvenir à l’égalité des sexes en autonomisant les femmes et les filles d’ici 2030 ; Les engagements pris par le REFELA-CGLU Afrique et CCRE avec l’appui de CGLU, à traduire la Déclaration du Forum Europe-Afrique d’Abidjan (2017), en actions, principalement en matière d’égalité de genres au niveau local en Afrique. Une des conclusions du Forum était de travailler à renforcer le rôle des femmes dans la gouvernance des collectivités territoriales en Afrique, et d’élaborer une Charte des collectivités territoriales d’Afrique pour l’égalité des genres.

 

NB: “PLATFORMA ,  un projet cofinancé par l’Union européenne, est la coalition paneuropéenne de villes et de régions – et des associations qui les représentent – actives dans la coopération au développement”.

Pour de plus amples informations veuillez contacter :

Gaëlle Yomi : Tél : + 212 610 56 71 45

E-mail : gyomi@uclga.org

M. Léandre Nzue, nouveau président de CGLU Afrique, Mme. Macoura Dao , nouvelle présidente du REFELA

Les réunions statutaires de CGLU Afrique tenues au Caire du 17 au 21 juin 2019 ont été marquées par l’installation du nouveau président de CGLU Afrique en la personne de M. Léandre Nzue, maire de Libreville (Gabon) et l’élection de Mme Macoura Dao, comme présidente du Réseau des Femmes Elues Locales d’Afrique ( REFELA).

En effet, lors de l’ouverture de la 20ème session du Comité Exécutif de CGLU Afriqu le 18 juin, les membres ont reçu la profession de foi de M. Léandre Nzue, qui, en sa qualité de Maire nouvellement élu de Libreville, a été installé comme nouveau Président de CGLU Afrique pour la période 2019 à 2021, et a par conséquent présidé cette 20ème session du Comité exécutif.

Lors de son installation le président de CGLU Afrique s’est engagé à encourager l’unité et le dialogue, faciliter les investissements publics et privés, favoriser l’intégration des associations des collectivités territoriales pour une meilleure gestion des villes africaines d’ici à 2021.

Le 17 juin, s’est tenue la première réunion du Bureau du Réseau des Femmes Elues Locales d’Afrique (REFELA). En application du Règlement Intérieur de REFELA, Madame Macoura Dao,  Maire de Foumbolo en Côte d’Ivoire, Vice-Présidente de REFELA pour la Région Afrique de l’Ouest, a été élue Présidente de REFELA pour la période 2019-2021, en remplacement de Madame Célestine Ketcha-Courtes devenue membre du Gouvernement au Cameroun.

Dans son discours de remerciement Mme Dao a rappelé que le leitmotiv du REFELA est de promouvoir une plus grande participation des femmes dans la gouvernance des collectivités territoriales, et une meilleure prise en compte des préoccupations des femmes dans les politiques menées au niveau des villes et territoires.

Le communiqué final des réunions statutaires est disponible ici.

Le communiqué final de la réunion du REFELA est disponible ici.

La composition de la présidence  de CGLU Afrique est disponible ici. 

 

Communiqué de presse -Réunions des organes statutaires CGLU Afrique (Le Caire, Egypte)

A l’invitation du Ministère du Développement Local de la République Arabe d’Egypte, Cités et Gouvernements Locaux Unis d’Afrique (CGLU Afrique) a tenu ses premières réunions statutaires les 17 et 18 juin 2019 à l’hôtel Conrad au Caire, Egypte, après l’assemblée générale de l’organisation qui a eu lieu à Marrakech au Maroc, le 23 novembre 2018. 

Les réunions statutaires de CGLU Afrique comprenaient la première réunion du Bureau des Femmes élues et leaders des gouvernements locaux et infranationaux en Afrique (REFELA) ; et la 20ème session du Comité exécutif de CGLUA Afrique. 

Ces réunions ont été officiellement ouvertes par le Général Mahmoud Shaarawy, Ministre du Développement Local d’Egypte, en présence du Général Khaled Abdel Aal, Gouverneur du Gouvernorat du Caire, et de M. Mohamed Boudra, Vice-Président de CGLU Afrique pour la région Afrique du Nord. 

La réunion du Bureau du REFELA a examiné et adopté le Plan d’action du REFELA pour la période 2019-2021, en mettant l’accent sur ses trois principales campagnes : la Campagne des villes africaines sans enfants vivant dans la rue ; la Campagne des villes africaines à zéro tolérance à toutes les formes de violence contre les femmes et les filles ; et la Campagne des villes africaines favorables au renforcement du pouvoir économique des femmes.

La réunion a également élu une nouvelle Présidente du REFELA en la personne de Mme Dao Macoura, Maire de Foumbolo en Côte d’Ivoire, et Vice-Président du REFELA pour la région Afrique de l’Ouest. Mme Macoura remplace Mme Célestine KETCHA épse COURTES qui a été nommée ministre du gouvernement de la République du Cameroun. La réunion du Bureau du REFELA a aussi élu Mme Mboula, épse Essame Elise Henriette, Maire de la Commune d’Arrondissement 3 de Nkongsamba et Présidente de la section nationale du REFELA au Cameroun, Vice-présidente du REFELA pour la région Afrique Centrale. 

Le Bureau du REFELA a ensuite félicité et installé la section nationale du REFELA en Egypte et sa Présidente, Madame Manal Awad Mikhail, gouverneure, gouvernorat de Damiette (Egypte).

Le Bureau du REFELA a également accueilli favorablement la proposition d’inclure les membres du Bureau du REFELA parmi les candidats africains à élire au Conseil Mondial de CGLU lors du prochain Congrès Mondial de CGLU prévu du 11 au 15 novembre 2019 à Durban, Afrique du Sud ; et aussi d’inclure la Présidente du REFELA parmi les candidats africains pour siéger au Bureau Exécutif Mondial de CGLU.

A l’ouverture de la 20ème session du Comité Exécutif de CGLU Afrique, les membres ont d’abord reçu la profession de foi de M. Léandre Nzue, qui, en sa qualité de Maire nouvellement élu de Libreville, a été installé comme nouveau Président de CGLU Afrique pour la période 2019 à 2021, et a par conséquent présidé cette 20ème session du Comité exécutif. 

Le Comité Exécutif a examiné les rapports financiers de l’organisation, y compris l’exécution du budget ainsi que les comptes vérifiés pour l’exercice 2018. Il a également invité les membres à honorer leurs obligations en matière de cotisations afin de renforcer l’organisation et lui permettre de mettre en œuvre son plan d’action. A l’issue de ces délibérations, les membres du Comité Exécutif ont approuvé les comptes et donné quitus au Secrétaire général pour la gestion de l’exercice 2018. 

Les membres du Comité Exécutif ont ensuite abordé la question des bureaux régionaux de CGLU Afrique. Le Secrétaire Général a informé qu’avec la mise en place du Bureau Régional de l’Afrique du Nord (NARO) au Caire, dont l’inauguration est prévue le 19 juin 2019, CGLU Afrique aurait dû avoir achevé la mise en place de ses bureaux régionaux d’ici fin 2019 comme initialement prévu ; sauf que le Bureau Régional pour la région Afrique Centrale qui était censé être opérationnel à Yaoundé au Cameroun, depuis 2015, ne s’est toujours pas matérialisé malgré plusieurs relances. 

Les membres du Comité Exécutif ont apprécié l’offre de l’Égypte d’accueillir le Bureau régional de l’Afrique du Nord (NARO) et se sont félicités de la proposition de procéder à l’inauguration du Bureau régional de l’Afrique du Nord (NARO) le 19 juin 2019. 

Pour se conformer au plan initial d’achever la mise en place des bureaux régionaux d’ici à la fin de 2019, le Président a proposé que le Comité Exécutif considère l’offre de la ville de Libreville d’accueillir le Bureau régional pour l’Afrique centrale (CARO). Cette proposition a été approuvée à l’unanimité par le Comité exécutif. Le Bureau Régional de CGLU Afrique pour la région Afrique Centrale sera désormais établi à Libreville, Gabon, à charge pour le Secrétaire Général de CGLU Afrique de conduire les démarches nécessaires auprès des autorités gabonaises pour officialiser et matérialiser cette décision dans les meilleurs délais.

Les membres du Comité Exécutif ont ensuite discuté de deux autres questions importantes : d’abord, l’organisation du prochain Sommet Africités qui se tiendra en 2021 à Kisumu au Kenya ; et la représentation de l’Afrique dans les organes de l’Organisation Mondiale de CGLU pour la période 2020-2022. 

Concernant Africités 2021, le Gouverneur du Comté de Kisumu, s’exprimant au nom de la délégation kenyane conduite par le Ministre de la Dévolution, a présenté l’état de la préparation de la 9ème édition du Sommet Africités. Le Comité s’est félicité des progrès réalisés jusqu’à présent dans les préparatifs et de l’offre faite par le Président de l’AMPCC du Maroc d’aider les différentes équipes kenyanes à mieux se préparer pour le Sommet si elles en expriment le besoin. 

En ce qui concerne la représentation de l’Afrique dans les instances mondiales de CGLU, et dans le respect de l’exigence que, pour être éligible, toute liste de candidatures aux instances de CGLU doit avoir au moins 30 pour cent de femmes, le Comité Exécutif a procédé à la désignation des 45 candidats de l’Afrique devant siéger au Conseil Mondial de CGLU, et des 15 candidats de l’Afrique pour siéger au Bureau Exécutif Mondial de CGLU.

Le Comité Exécutif a ensuite délibéré sur la représentation de l’Afrique au niveau de la Présidence de CGLU, d’abord pour la désignation du candidat de l’Afrique au poste de Vice-Président Afrique de CGLU, et pour les mérites pour l’Afrique de se porter candidate au poste de Président Mondial de CGLU. Cette discussion découle de la nomination de l’actuel Président de CGLU, M. Parks Tau comme ministre délégué au sein du gouvernement d’Afrique du Sud, ce qui fait qu’il ne peut plus se présenter pour un second mandat comme Président Mondial de CGLU. Or la coutume observée jusqu’ici dans la direction de CGLU voudrait que chaque région préside CGLU durant deux mandats successifs. Sur la base des antécédents observés, le Comité Exécutif a décidé que l’Afrique désignerait un candidat au poste de Président Mondial de CGLU lors du prochain Congrès Mondial de CGLU prévu du 11 au 15 novembre 2019 à Durban en Afrique du Sud. Des consultations vont se poursuivre entre membres pour s’accorder sur le nom du candidat de l’Afrique au poste de Vice-Président Afrique de CGLU, et sur le nom du candidat de l’Afrique au poste de Président Mondial de CGLU. Ces consultations devraient aboutir dans les toutes prochaines semaines et au plus tard le 15 juillet 2019.

Pour finir les membres du Comité Exécutif ont salué la mise en place de l’Agence Afrique Territoriale, institution financière destinée à lever des fonds sur le marché financier pour les orienter vers les investissements au sein des collectivités territoriales d’Afrique. À cet égard ils ont encouragé les villes et territoires à souscrire à la société coopérative créée à cet effet, et demandé aux gouvernements africains à soutenir cette initiative.

Les membres du Comité Exécutif ont d’autre part approuvé la prise en charge du programme des Capitales Africaines de la Culture par CGLU Afrique, dont la Ville de Marrakech accueille la première célébration en 2020/2021. 

Les membres du Comité Exécutif ont enfin donné leur accord pour que CGLU Afrique s’implique dans l’initiative de la Porte de Notre Retour lancée par les Afro-Descendants des Amériques, et ont demandé au Secrétaire Général de prendre les mesures nécessaires pour concrétiser cette implication.

Dans le cadre et à la suite des réunions des instances de CGLU Afrique, une Conférence internationale a été organisée du 18 au 20 juin 2019 également au Conrad Hôtel du Caire, sous le Haut Patronage du Président de la République Arabe d’Egypte, Son Excellence M. Abdel Fattah al-Sissi, sur le thème : “Villes Africaines: Moteurs du Développement Durable”. Ont collaboré à l’organisation de cette Conférence : le Ministère du Développement Local d’Egypte, CGLU Afrique, ONU Habitat, et l’Union européenne.

Cette Conférence a été officiellement ouverte par le Premier Ministre d’Egypte. Dr. Mostafa Madbouli, et a connu la participation d’un grand nombre de ministres du gouvernement d’Egypte; des membres du Bureau du Comité Technique Spécialisé de l’Union Africaine (CTS 8) regroupant les ministres africains de la Fonction Publique, du Développement Urbain et de l’Habitat, de la Décentralisation et du Développement Local; des membres du Comité Exécutif de CGLU Afrique et du Bureau du REFELA ; des représentants des organisations de la société civile et du milieu académique; et des représentants des partenaires au développement. Ci-joint les conclusions des travaux de la Conférence présentés par le Ministre du Développement Local d’Egypte. Le rapport final de cette Conférence sera diffusé en temps opportun.

Le Caire, 21 juin 2019

Le Secrétaire Général de CGLU Afrique

Les conclusions des travaux de la Conférence disponibles ici
Version PDF disponible ici

Les Femmes Élues Locales d’Afrique à l’honneur en Egypte

Le 17 juin 2019 au Caire, en Egypte, s’est tenue la première réunion du Bureau du Réseau des Femmes élues et leaders des Collectivités Territoriales d’Afrique (REFELA). Cette réunion a été officiellement ouverte par M. Mahmoud Shaarawy, Ministre du Développement Local d’Egypte, en présence entre autres,  de Mme Manal Awad, Gouverneur de Damiette ; Mme Fatna El Khiel Secrétaire d’Etat chargée de l’Habitat au Maroc, Vice-Présidente de l’Afrique du Nord pour le REFELA ; M. Mohamed Boudra, Vice-président de CGLU Afrique pour l’Afrique du Nord ; et M. Jean Pierre Elong Mbassi, Secrétaire genéral de CGLU Afrique.

A l’agenda de la réunion était inscrits :

  • L’adoption du plan triennal de travail de REFELA pour la période 2019-2021 ;
  • La participation des membres de REFELA au Congrès Mondial de CGLU du 11 au 15 novembre 2019 à Durban, Afrique du Sud ;
  • L’élection de la Présidente de REFELA ;
  • L’élection de la Vice Présidente de REFELA pour la Région Afrique Centrale ;
  • L’installation du chapitre national de REFELA en Egypte.

Le Plan Triennal du REFELA pour la période 2019-2021 prévoit notamment :

  • la généralisation de la mise en place des chapitres nationaux du REFELA dans l’ensemble des pays africains
  • le lancement des activités des trois campagnes adoptées par l’assemblée générale du Réseau lors du Sommet Africités tenu à Marrakech au Maroc, du 20 au 24 novembre 2018 à savoir : (1) La camapagne des villes africaines sans enfants dans la rue, parrainée par la Princesse Lalla Meryem du Maroc ; (2) la campagne des villes africaines à tolérance zéro pour les violences faites aux femmes et aux filles ; (3) la campagne des villes africaines favorables à l’émancipation économique des femmes et au leadership féminin ;
  • l’élaboration de la Charte des collectivités territoriales pour l’Egalité des Genres en Afrique
  • la mobilisation des financements pour la conduite des activités prévues au Plan Triennal du REFELA pour la période 2019-2021

Fin 2018 il y avait 23 chapitres nationaux du REFELA. L’objectif est de porter ce chiffre à 36 d’ici la fin de l’année 2020, et à couvrir l’ensemble des pays africains à l’horizon de la fin de l’année 2021.

Pour être conforme aux exigences de figurer au moins 30 pour cent des femmes dans les listes de candidatures au Conseil Mondial de CGLU sous peine d’inéligibilité, il a été proposé d’inclure les 15 membres du Bureau Exécutif de REFELA parmi les 45 candidats que l’Afrique compte présenter pour siéger au Conseil Mondial de CGLU  pour la période 2020-2022.

En application du Règlement Intérieur de REFELA, Madame Dao Macoura, Maire de Foumbolo en Côte d’Ivoire, Vice Présidente de REFELA pour la Région Afrique de l’Ouest, a été élue Présidente de REFELA pour la période 2019-2021, en remplacement de Madame Célestine Ketcha-Courtes devenue membre du Gouvernement au Cameroun.

De son côté Madame Mboula, épouse Essame Elise Henriette, a été élue Vice Présidente du REFELA pour la Région Afrique Centrale pour la même période.

Mme Macoura Dao

Enfin le Bureau du REFELA a procédé à l’installation du chapitre national du REFELA en Egypte, dont la Présidente est Mme Manal Awad, Gouverneur de Damiette.

Dans son allocution de remerciement pour son élection comme Présidente du REFELA, Madame Dao a notamment déclaré :

« Permettez-moi tout d’abord de remercier le peuple et les autorités d’Égypte pour la qualité de l’accueil qui nous a été réservé depuis notre arrivée au Caire. Je voudrais tout particulièrement remercier Son Excellence Monsieur le Président de la République d’Égypte et lui transmettre les sincères félicitations du Réseau des Femmes Élues Locales d’Afrique pour sa brillante élection comme Président de l’Union Africaine. Je voudrais aussi remercier le gouvernement égyptien pour avoir encouragé et soutenu la mise en place d’un chapitre national du REFELA en Égypte (…) Je voudrais rappeler que le leitmotiv de REFELA est de promouvoir une plus grande participation des femmes dans la gouvernance des collectivités territoriales, et une meilleure prise en compte des préoccupations des femmes dans les politiques menées au niveau de nos villes et territoires (…) Les statuts de CGLU Afrique prescrivent que partout où existe une association nationale des collectivités territoriales, le chapitre national du REFELA doit être considéré comme la commission permanente “Égalité des Genres” de ladite association nationale. Le fait que l’Égypte ait accepté la mise en place d’un chapitre national du REFELA nous rassure sur la volonté de ce pays de mieux prendre en compte la place et les préoccupations de la Femme dans la gouvernance des villes et des territoires en Égypte. Nous adressons toutes nos félicitations aux femmes leaders et membres des assemblées territoriales d’Égypte pour cette noble initiative et les assurons du soutien constant du Bureau Exécutif du REFELA ».

La nouvelle Présidente du REFELA Mme Macoura Coulibaly Dao, Mme Fatna El Khiel Secrétaire d’Etat chargée de l’Habitat au Maroc, Vice-Présidente de l’Afrique du Nord pour le REFELA et M Mohamed Boudra, Vice-président de CGLU Afrique pour l’Afrique du Nord  ont procédé à l’installation officielle du REFELA Egypte, et ont félicité sa Présidente, Mme Manal Awad, Gouverneur de Damiette, pour  l’extraordinaire travail accompli, depuis la 8ème édition du Sommet Africités de Marrakech en novembre 2018, afin d’unir les femmes égyptiennes leaders des collectivités territoriales au sein du REFELA Egypte.

Dr Maya Mosi, Présidente du Conseil National des femmes d’Egypte, a pris des engagements en faveur d’une meilleure représentativité des femmes dans les exécutifs des gouvernorats de l’Egypte d’une part et d’autre part, dans tous les conseils élus des villes et collectivités territoriales d’Egypte à l’instar de ce qui se passe dans les autres pays africains.

Et pour marquer cet évènement organisé au Caire, Mme Chrystel Limbourg Iwenga, 2ème Adjointe au Maire de Libreville au Gabon, Président de CGLU Afrique,  a remis des souvenirs, au nom de toutes les femmes leaders maires et élues locales d’Afrique, à la Présidente du REFELA, Mme Macoura Coulibaly Dao, à Mme Fatna El Khiel, Secrétaire d’Etat chargée de l’Habitat au Maroc, Vice-Présidente de l’Afrique du Nord pour le REFELA, au Dr Maya Mosi, Présidente du Conseil National des femmes d’Egypte, et à Mme Manal Awad, Gouverneur de Damiette, Présidente du REFELA-Egypte.

Telécharger le communiqué ici

Lire le discours de Mme Doa

Pour de plus amples informations, veuillez contacter :

Gaëlle Yomi : Tél : + 212 610 56 71 45

E-mail : gyomi@uclga.org

 

Attribution de la Médaille de la Journée Internationale des Femmes à Mme. Souad Bendimya, du Département des Membres au Secrétariat Général de CGLU Afrique

A l’occasion de la célébration de la Journée Internationale de la Femme 2019, CGLU Afrique a institué l’attribution de la Médaille de la Journée Internationale des Femmes, à décerner chaque année à une collaboratrice du secrétariat général ou des bureaux régionaux choisie par ses pairs pour avoir apporté une contribution remarquable à la promotion de l’égalité des genres et  aux actions en faveur du leadership féminin au sein des collectivités territoriales d’Afrique, au développement et renforcement réseau des femmes élues locales d’Afrique (REFELA), ainsi qu’au soutien de ses initiatives et campagnes.

Le choix s’est portée en 2019 sur la personne de Madame Souad Bendimya qui s’est vue attribuée la Médaille de la Journée Internationale des Femmes, édition 2019. Madame Souad Bendimya travaille au secrétariat général de CGLU Afrique à Rabat, Département des Membres. Familièrement appelée Hajja par ses collègues, elle compte parmi les plus anciens membres du personnel de CGLU Afrique, puisqu’elle travaillait déjà pour l’Union des Villes Africaines (UVA) qui est une des organisations fondatrices de CGLU Afrique.

Cette Médaille récompense le dévouement que Madame Souad  Bendimya a toujours montré à l’égard du REFELA, ayant assuré l’interface entre le secrétariat de CGLU Afrique et les responsables du réseau, aussi bien au niveau panafricain qu’au niveau national, avant la mise en place d’une ressource dédiée au REFELA, au sein du secrétariat général ; et étant la plupart du temps la mémoire de tous les changements intervenus dans la vie du réseau.

Rappelons que comme de coutume, le secrétaire général de CGLU Afrique a publié un texte sur le thème choisi par les Nations Unies pour célébrer l’édition 2019 de la Journée Internationale des Femmes, à savoir : “Penser équitablement, bâtir intelligemment, innover pour le changement”. La cérémonie de remise de la Médaille à Mme Bendimya a eu lieu le 8 mars 2019 dans les locaux de CGLU Afrique à Rabat en présence de l’ensemble du personnel du secrétariat.