Rapport de synthèse du Forum des Collectivités Locales de Cotonou, Benin

Forum des Collectivités Locales « La Territorialisation en tant que levier pour accélérer la mise en œuvre des CDNs en Afrique : L’apport des Associations des pouvoirs Locaux Africains dans la mobilisation des villes africaines en faveur d’une action climatique »

Cotonou, les 27 et 28 février 2020

Du 27 au 28 février 2020, s’est tenu à Cotonou Bénin le deuxième Forum Pré COP 26 en présence de 200 représentants de villes, de collectivités locales et territoriales et d’acteurs non étatiques africains sous le thème : L’apport des Associations des pouvoirs Locaux Africains dans la mobilisation des villes africaines en faveur d’une action climatique.

I – Contexte et objectifs

L’urgence climatique annoncée par le Secrétaire Général des Nations Unies en septembre 2019 lors du sommet climat invite à une grande créativité dans la démarche de mobiliser les acteurs clés en particulier les collectivités locales et à soutenir l’effort collectif pour combler l’écart signalé dans le dernier rapport spécial du GIEC par rapport aux objectifs d’adaptation et d’atténuation formulés par l’accord de Paris.
Dans cette perspective, l’initiative de la Convention des Maires pour l’Afrique Subsaharienne (CoM SSA) lancée en Novembre 2015 par l’Union Européenne (la Direction Générale DEVCO), constitue une plateforme idoine pour renforcer l’approche ascendante et relever les défis énergétiques et climatiques en Afrique. Le nombre croissant de collectivités territoriales d’Afrique qui souhaitent rejoindre l’initiative CoM SSA apporte désormais la preuve qu’il est opportun d’inscrire les collectivités territoriales dans le processus de mise en œuvre des CDNs en Afrique.
Dans ce cadre et à la veille de la COP 26 à Glasgow, la tenue de ce 2ème forum, à Cotonou en République du Bénin, considérée à juste titre comme pays leader au niveau régional dans l’engagement face aux défis de l’urgence climatique, vient à point nommé pour apporter une réponse aux questions suivantes : Comment les Associations des Pouvoirs Locaux d’Afrique peuvent-elles mobiliser les villes à relever les défis de l’urgence climatique et saisir les opportunités qui se présentent à elles, et que faut-il pour y parvenir ?

L’objectif principal de ce forum est :

  • D’abord de mobiliser et formaliser l’action climatique locale à travers l’adhésion de l’ensemble des communes du Bénin à l’initiative de la Convention des Maires pour l’Afrique Sub Saharienne (CoM SSA) ;
  • Ensuite, de renforcer la coordination verticale par la signature d’un mémorandum entre le niveau central et le niveau local ;
  • Et enfin, lancer l’accréditation auprès du Fonds Vert Climat de CGLU Afrique et l’adoption d’un programme des Collectivités Locales pour la mise en œuvre des CDNs dans l’espace UEMOA.
  • II- le Déroulé des travaux et conclusions

    Devant une participation de plus de 120 personnes, dont près de 90 maires représentant les communes et les villes de l’espace UEMOA notamment, s’est tenue la séance d’ouverture présidée par Monsieur Abdoulaye BIO CHANE, Ministre d’Etat béninois chargé du Plan et du Développement, en présence de Monsieur Alassane SEIDOU, Ministre béninois de la Décentralisation et de la Gouvernance Locale, de Monsieur Luc SETONDJI ATROKPO, Président de l’Association Nationale des Communes du Bénin (ANCB), de Monsieur Jean Pierre Elong Mbassi, Secrétaire Général de CGLU Afrique, de Madame Véronique JANSEN, Chargée d’Affaires de l’Union Européenne au Bénin et de Monsieur Bouri SANHOUIDI, Représentant Permanent du PNUD au Bénin

    Au cours de cette séance, les allocutions prononcées ont mis l’accent sur le leadership du Bénin qui accueille pour la deuxième fois le Forum des Collectivités Locales sur l’Agenda du Climat. Les intervenants ont également souligné l’importance de ce forum à la veille de la tenue de la COP 26 et le rôle des collectivités territoriales dans la mise en place des actions permettant de relever les défis de l’urgence climatique et saisir les opportunités qui se présentent à elles, notamment en matière de financement.

    Au terme de la séance d’ouverture, le Président de l’ANCB a procédé à la signature d’adhésion au nom de l’ensemble des communes du Bénin à la Convention des Maires pour l’Afrique Subsaharienne CoM SSA. Pour renforcer la coordination verticales, il a été également procédé à la signature d’un mémorandum d’entente entre Le Ministère du Cadre de vie et du Développement Durable, l’ANCB et CGLU Afrique sur la territorialisation des CDNs et l’accès à la Finance Climat. Ces deux signatures consacrent la volonté du Bénin d’être à l’avant-garde de la territorialisation des CDNs.

    Pour répondre aux objectifs de ce forum, des sessions ont été organisées et articulées autour des cinq thématiques  à savoir :

  • Le cadre de gouvernance : Quels outils et mécanismes de gouvernance à développer en vue de renforcer le rôle des pouvoirs Locaux Africains dans la mobilisation des villes Africaines en faveur d’une action climatique alignée avec les engagements nationaux 
  • le cadre stratégique : Quelle stratégie de plaidoyer à mettre en place pour positionner les Associations Nationales des Maires en tant que partenaire clé dans la mise en œuvre des CDN ?
  • le cadre opérationnel : Quelles sont les expériences à partager dans le cadre de la mise en place des outils et instruments renforçant l’approche ascendante (processus d’élaboration des SEACAP) ?
  • le cadre de financement : Comment mobiliser et accélérer davantage le financement des plans Climat énergie au niveau territorial?
  • le cadre de coopération : Comment structurer davantage la coopération autour de la mise en œuvre des CDN en Afrique?
  • Il résulte de ces débats, les recommandations suivantes :

  • Améliorer le cadre institutionnel et réglementaire régissant le processus de décentralisation ;
  • Assurer un cadre de gouvernance multi niveaux qui favorise la cohérence de l’action climatique territoriale avec les programmes nationaux et des CDNs ;
  • Renforcer l’approche ascendante en partant notamment des Contributions Déterminées au niveau Local (CDL) et ce en tirant profit de la révision en cours des CDNs ;
  • Soutenir l’accréditation de CGLU Afrique par les pays de l’espace UEMOA auprès du Fonds Vert Climat ;
  • Renforcer le cadre de collecte de données, le monitoring, le reporting et la vérification de la mise en œuvre de l’agenda Climat de nos territoires ;
  • Souscrire à la mise en place d’un programme Readiness Afrique ciblant les gouvernements locaux et régionaux en vue d’amorcer la transition vers un développement local durable et résilient.
  • Album Photo du Forum des Collectivites Locales d’Afrique, Cotonou ici

    Journée Internationale des Femmes 2020: Message de la présidente du Réseau des femmes élues locales d’Afrique (REFELA)

     

     

    Lire le message transcrit ici 

     

    Report : Lancement officiel de la célébration de Rabat, Capitale Africaine de la Culture

     

     

    Le Comité d’organisation des Capitales Africaines de la Culture porte à la connaissance du public et institutions intéressées que le lancement officiel de la célébration de Rabat, Capitale Africaine de la Culture, initialement prévu le 26 mars 2020, est reporté à une date ultérieure en conformité avec l’arrêté N°4917, du Ministère de l’Intérieur en date du 04 mars 2020,  portant sur les mesures prises  dans le cadre de la  lutte contre le risque de  propagation du Coronavirus – COVID19.

     

    Pour le Comité d’Organisation,

    Le Président

    Jean Pierre Elong Mbassi

    Le Secrétaire Général de CGLU Afrique

    Le communiqué est disponible en PDF.

    Consultez le communiqué de presse relatif à la désignation de Rabat , Capitale Africaine de la Culture 2020-2021. 

     

    Journée Internationale des Femmes (8 Mars 2020) ‘’Génération Egalité’’

    La journée internationale des femmes, le 8 mars 2020, coincide avec la Conférence Internationale Beijing+25, et c’est l’occasion pour l’Organisation des Nations Unies (ONU-Femmes), de faire le bilan des progrès réalisés et de combler les lacunes, pour une ‘’Génération Egalité’’, ici.

    Ce thème central du 8 mars de cette année, s’inscrit parfaitement dans l’Agenda ambitieux du Réseau des femmes élues locales d’Afrique (REFELA), la Commission permanente de l’égalité de genres de Cités et Gouvernements locaux Unis d’Afrique (CGLU Afrique). Un Agenda qui appelle à l’action des villes africaines pour parvenir à l’égalité de sexes et à l’autonomisation des femmes et des filles (ODD5) et faire en sorte que leurs territoires soient ouverts à tous/toutes, sûrs, résilients et durables (ODD11).

    lire la suite ici

    Avis de Recrutement : Staff de l’Académie Africaine des Collectivités Territoriales (ALGA)

     

     

    CGLU Afrique  lance un appel à candidature pour rejoindre le staff de son’Académie Africaine des Collectivités Territoriales (ALGA).

    Les deux postes à pourvoir sont:

    • Chef du Pôle Accréditation, Labellisation et Assurance Qualité
    • Chef du Pôle Observatoire des Ressources Humaines des Collectivités Territoriales en Afrique 

    Pour avoir toutes les informations nécessaires pour postuler à l’un des postes proposés : le profil demandé, les missions, les tâches, les compétences requises, … les candidat(e)s intéressé(e)s sont invités à cliquer sur le document ici et le lire attentivement.

    Le dossier de candidature pour chacun des postes devra obligatoirement inclure :

    -Une lettre de motivation indiquant les raisons pour lesquelles le/la postulante estime
    qu’il/elle est le/la meilleur(e) candidat(e) pour le poste publié et faisant état de ses
    prétentions salariales ;
    -Un Curriculum vitae détaillé ;
    -Des copies certifiées conformes des diplômes et certificats de travail ;
    – Les références professionnelles ;
    -Une photo d’identité.
    Un/une candidat(e) ne peut postuler à plus d’un seul poste.

    Les demandes doivent être adressées au : Secrétaire Général de Cités et Gouvernements Locaux Unis d’Afrique (CGLU-Afrique) avant le 31 mars 2020 aux adresses e-mail suivantes : info@uclga.org & najat_zarrouk@yahoo.fr ou l’adresse postale suivante : Cités et Gouvernements Locaux Unis d’Afrique (CGLU-Afrique), 22 Rue Essaadyine, Quartier Hassan, Code Postal 10020 Rabat, Maroc, en vous priant de bien vouloir spécifier en objet « Recrutement du Staff ALGA ».

    CULTURE –  L’AVENIR DURABLE DE L’AFRIQUE

     

     

     

    Lors du 10eme  Forum urbain mondial à Abu Dhabi, du 8 au 13 février, le thème « Connecter la culture et l’innovation » a été au centre des sessions de CGLU Afrique qui ont fait le point sur les approches et pratiques innovantes émergentes qui mettent à profit la culture et l’innovation en tant que moteurs du développement durable. La culture fournit les liens entre l’urbanisation, l’innovation et la fierté comme base pour réaliser des villes inclusives, sûres et résilientes. A cette fin, des événements parallèles de CGLU Afrique ont été organisés pour explorer la manière dont   le riche patrimoine culturel de l’Afrique se prête spécifiquement au développement durable des villes africaines.

    Ce que la Culture signifie pour le développement durable de l’Afrique.

    L’un des plus récents projets de CGLU Afrique, les «Capitales africaines de la culture», consolide la culture en tant que quatrième pilier du développement durable des villes et territoires africains. “La culture est au début et à la fin de tout développement”, a déclaré le poète-président Léopold Sedar Senghor. Des villes de Rabat en Afrique du Nord à Maputo en Afrique australe, l’urbanisation rapide a un impact sur le développement de la ville, créant de nombreux défis, mais aussi de nouvelles opportunités. Le programme réunira des villes africaines, qui abritent une richesse et une diversité culturelles incommensurables, afin de partager les meilleures pratiques quant à la manière dont cette richesse et cette expression culturelles peuvent contribuer au développement des villes et de leurs populations.

    Lire la suite ici.

    Déclaration de Cotonou

    Forum des Elus Communaux et Présidents d’APL
    Associations de Pouvoirs Locaux, Villes et Territoires, acteurs incontournables de la mise en œuvre de l’Agenda international sur le Climat
    Cotonou, Bénin, 27-28 février 2020

    Nous, Présidents d’Associations Nationales des Gouvernements locaux et régionaux d’Afrique réunis les 27 et 28 février 2020 à Cotonou en vue de la structuration de la coopération entre collectivités dans le cadre de la mise en œuvre des contributions déterminées au niveau national pour la réalisation de l’Accord de Paris.
    Conscients de l’urgence de l’action climatique aux niveaux local, national et mondial compte tenu des effets désastreux des événements climatiques extrêmes sur nos villes et territoires ;
    Convaincus de la nécessité de faire de l’Action climatique l’affaire de tous, requérant en particulier la sensibilisation, l’implication et la contribution de tous les acteurs locaux mobilisés autour des élus locaux et régionaux ;
    Alertés par les conclusions des récents rapports du Groupe Intergouvernemental des Experts sur le Climat (GIEC), qui estiment que la mise en œuvre effective de l’ensemble des Contributions Déterminées au niveau National par les États parties à la convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques aboutira néanmoins à une augmentation de la température de la planète de l’ordre de 3 degrés Celsius par rapport à l’ère préindustrielle si la tendance actuelle était maintenue ;
    Tenant compte de ce que l’année 2020 est celle du démarrage du processus de révision des contributions déterminées au niveau national proposées par les États parties à la convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques dans la perspective de la COP 26 à Glasgow.

    Voir la Déclaration ici
    Voir la Video de la Déclaration ici

    REFELA : Plaidoyer pour l’engagement de plus femmes

     

     

     

    Au cours du Forum Urbain Mondial, le Réseau des Femmes Elues Locales d’Afrique (REFELA) a mené un plaidoyer pour assurer l’implication des femmes dans davantage d’instances de décision.  Mme Fatna El Khiel, Présidente du REFELA Maroc a insisté sur ce volet lors de son mot d’introduction à la session organisée par le réseau sous le thème « Rôle du REFELA de CGLU Afrique, dans la réussite de la mise en œuvre des objectifs de développement durable (ODD) ».  Au cours de la session, Mme Khiel a présenté les 3 campagnes  du REFELA  : « Villes africaines sans enfants dans la rue », parrainée par la Princesse Lalla Meryem du Maroc ; « Villes africaines à tolérance zéro pour les violences faites aux femmes et aux filles » et la campagne des « villes africaines favorables à l’émancipation économique des femmes et au leadership féminin ».

    Les femmes élues locales présentes à Abou Dhabi ont montré un intérêt aux actions du REFELA. Mme Bongile Mbingo, Conseillère municipale d’Ezulwini, (Eswatini , Ex Swaziland) est en charge de la mise en place du chapitre pays du REFELA à Eswatini. Le lancement officiel est espéré pour mars 2020. Le nombre de femmes engagées dans la gouvernance locale est très faible. « Il n’y a pas assez de femmes élues au sein des conseils municipaux. La plupart d’entre elles sont nommées. Dans notre conseil municipal nous sommes 02 femmes sur un total de 10 membres », confie Mme Bongile. Cette situation s’explique premièrement par le fait que les femmes ont peur d’aller battre campagne. De ce fait, elle se réjoui de l’existence du REFELA qui se présente comme une excellente plateforme pour apprendre des autres femmes élues locales du continent et aussi comme une ouverture pour permettre aux femmes élues locales de Eswatini de traiter des sujets rencontrer sur le terrain. Pour elle, la campagne REFELA prioritaire pour son pays est celle des « Villes africaines favorables à l’émancipation économique des femmes et au leadership féminin». (Voir son entretien vidéo ici )

    « Il est temps que les femmes prennent le pouvoir », Mme Soham El Wardini, Maire de Dakar

    Le maire de Dakar, Mme Soham El Wardini a lancé un appel aux femmes pour leur engagement dans la gouvernance locale. « Je demande aux femmes de se lancer toutes dans la gouvernance locale et même en politique. Vous savez qu’en Afrique, ce sont les femmes qui élisent les hommes. Pourquoi élire des personnes qui après vous laissent en rade ? Les femmes sont puissantes, elles dirigent le monde. Parce que tout ce que les hommes font, ce sont les femmes qui les poussent à le faire. Il est temps à présent que les femmes prennent le pouvoir ».

    Découvrez son interview vidéo ci-dessous :

     

    Agence territoriale africaine : Ce qui est prévu en 2020

     

     

     

    En cette année 2020, le processus de mise en œuvre de l’Agence Territoriale Afrique, qui est une institution coopérative financière pour faciliter l’accès des villes et collectivités territoriales africaines au marché financier, suis son cours. Après la réunion des membres du club fondateur de l’Agence tenue en novembre 2019 à Durban (Afrique du Sud), la feuille de route prévoit pour cette année la tenue de deux assemblées générales.

    La première sur « l’approbation du modèle économique et du cadre d’évaluation des risques ». La seconde sur « l’approbation de la structure institutionnelle et des règles internes ».

    En perspective de ces échéances deux études seront lancées sur le modèle économique et la gestion des risques.  Les résultats de ces études permettront d’adopter le meilleur modèle adapté aux réalités des villes et collectivités territoriales africaines en tenant compte des spécificités de chaque région.

    Dans l’attente de ces deux échéances, l’ATA est vulgarisé auprès des collectivités territoriales et des partenaires de CGLU Afrique. Ce fut le cas à Abou Dhabi lors du WUF. Une séance de travail a été faite avec la Banque Africaine de Développement (BAD), avec qui la collaboration sur ce dossier a démarré depuis le début du processus. Notamment, lors de la définition en 2019 du programme « Readiness » qui a été fait avec le soutien de la BAD pour préparer les premières collectivités candidates au prêt, à renforcer leurs capacités institutionnelles, améliorer la mobilisation des ressources propres, assurer la bonne gestion financière et améliorer la qualité de la dépense publique locale.

    La séance de travail s’est tenue en présence de :   M. Léandre Nzué, Président de CGLU Afrique , M. Jean Pierre ELong Mbassi, Secrétaire Général de CGLU Afrique,  M. Amadou Oumarou, Directeur des transports et des TIC à la BAD,  M.  Stéphan Atchia, Manager de la division urbaine de la BAD et M. François Paul Yatta, Directeur des Programmes de CGLU Afrique.

    Pour rappel, la feuille de route s’étalant sur la période 2019-2022, pour parvenir à la première émission et au premier prêt en 2022. Trois facteurs clés soutiennent cette démarche :

    • Avoir des villes et des territoires investis pour convaincre la communauté financière internationale ;
    • Avoir un processus séquencé pour garantir la solidité du montage institutionnel et financier ;
    • Avoir des Etats et des institutions pour parrainer une démarche innovante et ambitieuse.

    Pour plus d’information sur l’Agence Territoriale Afrique (ATA) :  Consulter la  Newsletter LEDNA ici.

    Préparation d’Africitiés 9 et partenariats à venir

     

     

     

    Le Forum Urbain Mondial a servi également de cadre à CGLU Afrique pour tenir des séances de travails et des réunions bilatérales.  C’est ainsi qu’un point a été fait sur les préparatifs du sommet Africités 9 prévu du 16 au 20 novembre 2021 à Kisumu au Kenya. On prit part aux échanges : M. Anyang’ Nyong’o, Gouverneur de Kisumu, M. Jean Pierre Elong Mbassi, Secrétaire Général de CGLU Afrique et M. Mpho Moruakgomo, président de BALA, Vice-Président CGLU Afrique pour la région Afrique Australe. Il a été convenu de démarrer la mobilisation des collectivités territoriales dès à présent.  La formulation proposée pour le thème du sommet est : « Mettre en œuvre l’Agenda 2063 pour de vrai : le rôle des villes intermédiaires africaines ».

    La séance de travail avec la commissaire des affaires politiques de l’Union Africaine (UA), Mme Minata Samaté a porté principalement sur l’organisation prochaine d’un forum africain sur l’urbanisation par l’UA. La collaboration de CGLU Afrique a été sollicité pour ce projet. CGLU Afrique a donné son accord pour participer et a également proposé que le thème de l’un des prochains sommets des chefs d’Etat de l’UA porte sur «La gestion de l’urbanisation dans la transformation des collectivités territoriales du continent ».  Dans cette optique, le forum africain sur l’urbanisation constituerait une première étape.  Mme la commissaire a également été relancé sur l’élaboration de la charte sur le développement Urbain par le CTS n° 8. Elle a donné l’assurance de sa commission pour l’élaboration de cette dernière charte par le CTS n° 8 à côté des deux chartes déjà existante : la charte africaine des valeurs et principes de la décentralisation, de la gouvernance locale et du développement local et la charte africaine sur le logement et le développement urbain.

    Lors de son audience le 10 février avec le général Mahmoud Shaarawy, Ministre du Développement Local de l’Égypte, le secrétaire général de CGLU Afrique, M. Jean Pierre Elong Mbassi, a proposé l’organisation au Caire, d’une conférence internationale sur la gestion des déchets dans le cadre de la célébration de la journée mondiale des villes suivi d’une foire d’exposition montrant les bonnes pratiques faites sur le continent.  Le ministre a pris en compte la proposition dont la faisabilité sera étudiée par ses services en vue d’une réponse courant mars.

    Les deux parties se retrouveront courant mars au Caire lors la signature de l’accord de siège pour le bureau CGLU Afrique pour la région Afrique du Nord.

    Une réunion s’est également tenue entre CGLU Afrique et La fondation Bill & Melinda Gates pour des pistes de collaboration future sur les questions d’assainissements.