Appel à Consultation: Participation au Projet de Rédaction de La Charte des collectivités locales pour l’égalité de genres en Afrique ( Date limite : le 30 Septembre 2019)

Présentation

La présente consultation en ligne a pour dessein d’associer un plus grand nombre de personnes au projet de rédaction de la « Charte des collectivités locales pour l’égalité de genre en Afrique », qui s’inscrit dans la cadre de la mise en œuvre du « Pacte Europe-Afrique de Marrakech pour l’égalité locale » établit par REFELA-CGLU Afrique avec CCRE-Platforma-Section Europe et l’organisation mondiale CGLU, lors de la 8ème édition du Sommet Africités de Marrakech, (20 au 24 novembre 2018).

Cette consultation en ligne s’adresse aux gouvernements locaux d’Afrique, aux instances de CGLU Afrique et du REFELA, aux associations nationales des collectivités locales d’Afrique. Comme également, elle cible les organisations de la société civile, dont les associations des droits des femmes, les organismes nationaux d’Afrique et d’Europe, et toutes les personnes portant intérêt à la promotion de l’égalité de genre en Afrique et voulant s’associer par leurs idées et propositions à ce projet de rédaction de la charte.

Pour ce faire, cette consultation en ligne se base sur un questionnaire succinct (8 questions fermées, avec explications) et facile à administrer. Elle vise à recueillir des informations, des avis, des orientations et des conseils à prendre en considération lors de la rédaction de la charte, en vue d’aboutir à un projet de « Charte des collectivités locales pour l’égalité de genre en Afrique » rédigé de manière participative et concertée.

Soyez nombreux, Ms et Mmes les maires, élu-es locaux, représentant-es de la société civile, d’organismes nationaux et internationaux à répondre au questionnaire

veuillez trouver le questionnaire à complétez ici

(Mettre des croix selon vos réponses, et merci d’expliquer vos réponses)

Veuillez envoyer le questionnaire à l’adresse suivante : KDrissa@uclga.org / mghefrane@uclga.org ou possibilité d’envoyer par fax au numero suivant: +212 537 260 060

Possibilité de répondre en ligne aux liens suivants :
Français
Anglais

PROLONGATION-Appel à Manifestation d’Intérêt : Fonds de Développement des Villes Africaines (maintenant Agence Afrique Territoriale)

Contexte et justification de l’Appel à Manifestation d’Intérêt

La population mondiale devrait atteindre 8,1 milliards en 2025, 9,6 milliards en 2050 et 10,9 milliards en 2100. C’est l’Afrique qui assurera plus de la moitié de la croissance de la population mondiale, passant de 2,4 milliards d’habitants en 2050 à 4,2 milliards en 2100. Avec une croissance démographique moyenne annuelle de 2,4%, soit la plus élevée du monde, la population africaine a doublé dans les trente dernières années alors que la population européenne par exemple n’a augmenté que de 15 % pendant la même période.

Les experts estiment qu’entre 1950 et 2050, la population urbaine de l’Afrique aura augmenté de 1,3 milliards d’habitants, soit plus que l’ensemble de l’augmentation de la population urbaine en Europe, Amérique latine, Amérique du Nord et Océanie réunies. Le continent africain est la région du monde qui s’urbanise le plus rapidement. Elle est en conséquence la région du monde dont les besoins en investissements de peuplement sont les plus importants.

L’Afrique compte actuellement trois (3) villes de plus de 10 millions d’habitants (Le Caire: 17,7 millions d’habitants; Lagos: 13,12 millions d’habitants; et Kinshasa: 11,58 millions d’habitants); 4 villes dont la population se situe entre 5 et 10 millions d’habitants; 49 villes qui ont une population de 1 à 5 millions d’habitants; 53 villes dont la population se situe entre 500.000 et 1 million d’habitants; et 85 villes ayant une population de 300.000 à 500.000 habitants. Ces villes produisent environ 60% du PIB du continent, et hébergent une classe moyenne qui devrait égaler celle de la Chine en 2020. Le poids économique de cette classe moyenne est présentement évalué à USD 700 milliards, et devrait atteindre USD 1700 milliards en 2030.

La population urbaine de l’Afrique se caractérise par son extrême jeunesse. L’âge médian de la population est de 19 ans. Comparé aux autres régions, le poids des jeunes dans la population des villes d’Afrique est à la fois un défi et une opportunité : défi de devoir former et intégrer dans la vie économique et sociale des milliers de jeunes alors que les possibilités d’emplois ne sont pas à la hauteur des attentes. Opportunité de disposer d’une force de travail nombreuse et de mieux en mieux formée grâce aux progrès de l’éducation, et qui est prête à s’investir pour exploiter les nombreuses potentialités dont le continent recèle. A la condition expresse que le continent sache mobiliser par an pendant les 10 à 15 prochaines années la somme de USD 80 milliards nécessaire pour mettre en place les infrastructures et services urbains qu’il faut pour assurer une gestion et un fonctionnement efficaces des villes du continent.

Les experts estiment la valeur ajoutée annuelle actuelle des villes d’Afrique à environ USD 51 milliards, et leur capacité annuelle d’endettement à USD 8 milliards. D’un autre côté le chiffre d’affaires annuel des 200 principales banques intervenant sur le continent est évalué à plus de USD 1000 milliards, et leur produit annuel net à environ USD 45 milliards. En d’autres termes, les villes d’Afrique interviennent désormais dans un environnement caractérisé par des marchés financiers en expansion et de plus en plus matures.

Le défi du financement des infrastructures et services urbains dans les villes d’Afrique doit donc pouvoir être relevé en partant de ce nouvel environnement favorable. C’est pour examiner cette possibilité qu’en collaboration avec FMDV, CGLU-A a organisé à Marrakech, Maroc, en décembre 2014, la Conférence REsolutions Afrique sur le thème “Financer les Villes Africaines: Agenda, Alliances et Solutions”. A l’issue des travaux, les participants qui
étaient principalement les maires et autorités territoriales du continent ont recommandé la mise en place d’un véhicule financier dédié au développement des villes d’Afrique, appelé Fonds de Développement des Villes Africaines (ACDF, African Cities Development Fund) (cf. Déclaration de Marrakech en Annexe 1.).

C’est en application de cette recommandation que CGLU Afrique a lancé l’initiative visant à définir les conditions de mise en place et les modalités de fonctionnement du Fonds de Développement des Villes d’Afrique. Un atelier de définition du format de ce véhicule financier a eu lieu les 30 et 31 octobre 2017 à Rabat au Maroc. En plus des directeurs financiers de grandes villes comme Port-Louis et Pretoria, étaient présentes des institutions comme la Banque Ouest Africaine de Développement (BOAD), la Development Bank of Southern Africa (DBSA), la Bourse régionale des Valeurs Mobilières (BRVM), la Caisse de Dépôts et de Gestion (CDG) du Maroc, la Direction Générale des Collectivités Locales du Ministère de l’Intérieur du Maroc, Moody’s, Bloomfield International, HSBC, l’Agence France Locale, Norges Kommunalbank, le Fonds d’Equipement Communal (FEC) du Maroc, le Dakar Municipal Finance Project et le Fonds d’Equipement et d’Intervention Communal (FEICOM) du Cameroun.

Cet atelier a permis de définir les contours que devrait prendre le véhicule financier proposé ainsi que le chemin critique de l’ensemble des tâches à exécuter en vue de la mise en place du Fonds de Développement des Villes africaines (maintenant Agence Afrique Territoriale), aussi bien pour la composante technique, que pour la composante politique. Cet atelier a aussi rappelé l’urgente nécessité de mettre en place le Club des premières villes intéressées à faire partie de l’Agence Afrique Territoriale.

2 Présentation de l’appel à manifestation d’intérêt

Le présent appel à manifestation d’intérêt (AMI) a pour objet d’identifier les villes et collectivités territoriales d’Afrique qui souhaiteraient faire partie du Club fondateur de l’Agence Afrique Territoriale.

L’Agence Afrique Territoriale est conçue comme un fonds coopératif des principales villes d’Afrique (une vingtaine de villes au départ) qui s’engageraient à faire chacune une mise initiale pour le fonds de 100.000 Euros. Cette mise de fonds initiale devrait permettre de lever des ressources supplémentaires auprès des institutions de financement ou sur les marchés financiers.

L’Agence est destinée à financer les investissements et services nécessaires pour faire face à la croissance rapide des villes du continent et rattraper le retard accumulé dans ce domaine et qui rend le fonctionnement actuel de la plupart des villes d’Afrique globalement inefficace. Les exigences pour y accéder devraient également aider à l’amélioration des performances et de la gouvernance financière des collectivités ; et à la promotion de choix d’investissement économiquement et socialement plus rentables et plus efficaces.

3. Eligibilité
Sont éligibles comme membres fondateurs de l’Agence Afrique Territoriale : – Les villes-capitales des pays africains ; – Les villes africaines de rang 2 – Les collectivités territoriales de niveau intermédiaire du type État fédéré (dans le cas de pays ayant un système fédéral), Régions, Provinces, Comtés, Départements ou Cercles, etc.

4. Pièces constitutives des candidats au statut de MEMBRE FONDATEUR de l’Agence Afrique Territoriale
– la délibération prise par le conseil ou l’organe délibérant pour que la collectivité territoriale soit membre fondateur de l’Agence Afrique Territoriale.
– l’engagement de l’autorité responsable de l’organe exécutif de la collectivité territoriale de s’acquitter de la contribution des 100.000 euros dans les trois mois qui suivent le vote de la délibération du conseil ou de l’organe délibérant – copie de l’acte légal ou réglementaire portant création de la collectivité territoriale comme personne morale dotée de l’autonomie financière – copie de l’acte légal ou réglementaire portant désignation des membres de l’organe délibérant et de l’organe exécutif de la collectivité territoriale
– copie des trois derniers comptes administratifs approuvés par les autorités compétentes ou par des auditeurs publics ou privés – copie de l’acte réglementaire désignant le point focal de l’Agence Afrique Territoriale au sein de la collectivité territoriale (noms et coordonnées de la personne désignée)

5. Adresse pour l’envoi des pièces constitutives
L’ensemble des informations mentionnées au point 4 doit être adressé le plus tôt possible et  au plus tard le 15 Octobre 2019 à 17:00 TU à :

Monsieur le Secrétaire Général de CGLU Afrique

22, rue Essaadyine, Quartier Hassan 10020, Rabat, Maroc

Email : hbelghol@uclga.org ; fyatta@uclga.org 

Fax: +212 5 37 26 00 60

Tel: +212 5 37 26 00 62/63

Annexe 1 voir PDF 

Appel à Manifestation d’intérêt/ Formation de Formateurs sur “La Vie au-delà du Tourisme” (du 17 au 21 Juin, Florence – Italie )

En vertu de ses Statuts et de ses Valeurs Fondatrices, en particulier le respect de la Dignité Humaine, l’égalité et la promotion des droits de l’Homme et des libertés, le respect de l’égalité des peuples, sans discrimination de race ou de croyance, l’adhésion aux valeurs traditionnelles des peuples africains, à savoir la compassion, la tolérance, la paix, la solidarité, la fraternité, la convivialité et la communauté d’esprit et d’objectifs, dans le cadre de la concrétisation de sa Vision incarnée par «Le Programme de Gouvernance, Plaidoyer et Développement Décentralisé pour l’Afrique » (GADDEPA ), en particulier la Priorité 3 (Développement du Capital Humain, Renforcement des Capacités et Echanges Intellectuels), et du Plan Stratégique de son Académie Africaine des Collectivités Territoriales (African Local Governments Academy – ALGA) et des offres de formation qu’elle propose, notamment la création d’un collège sur le Tourisme, le Patrimoine et le Dialogue Interculturel ;
Dans le cadre de la mise en œuvre des Objectifs de Développement Durable (les ODD), en particulier l’ODD 11 : Faire en sorte que les villes et les établissements humains soient ouverts à tous, sûrs, résilients et durables ;
Dans le cadre de la mise en œuvre du Protocole d’Accord signé en août 2017, entre CGLU-Afrique, la Fondation ROMUALDO DEL BIANCO et son Institut International de la Vie au-delà du Tourisme (II LBT) ; Sur la base du succès de la première expérience de formation de formateurs, organisée en 2018, qui a bénéficié à 10 participant(e)s d’Afrique (avec 2 de Russie et 1 d’Allemagne), dans le cadre du Collège ALGA sur la Culture et le Patrimoine,1 II LBT et CGLU Afrique ont décidé d’organiser une deuxième Session intensive de formation de formateurs sur « La vie après le tourisme», du 17 au 21 Juin 2019 (5 jours) à Florence, en Italie.

Lire la suite ici
telecharger la fiche d’inscription ici

Appel à Candidatures: Chargé(e) de Projet – Centre d’Assistance et d’Information à Accra, Ghana au Bureau de la Convention des Maires pour l’Afrique Sub-saharienne (CoMO SSA) ( Prolongement de la date limite )

Après l’adoption en 2008 du paquet sur le climat et l’énergie à l’horizon 2020, la Commission européenne a lancé la Convention des Maires pour soutenir les efforts déployés par les autorités locales dans la mise en œuvre de politiques énergétiques durables.

La Convention des Maires cherche à mobiliser un grand nombre d’autorités locales et régionales pour élaborer des plans d’action et des investissements directs en faveur de mesures d’atténuation du changement climatique.

Ainsi, le/la Chargé(e) de Projet – Centre d’Assistance et d’Information sera basé(e) au bureau de CGLU à Accra, au Ghana. Des voyages fréquents dans la région et parfois en Europe (bureau de coordination du projet à Bruxelles).

Pour avoir toutes les informations nécessaires à postuler à ce post, cliquez sur le Dossier de candidature disponible ici: Offre demploi Chargé du centre d assistance – Octobre 2018

Les candidats intéressés sont invités à nous faire parvenir les documents suivants, l’un écrit en français et l’autre en anglais

1) Une lettre de motivation de deux pages au maximum, expliquant pourquoi vous aimeriez travailler comme Chargé(e) de Projet – Centre d’Assistance et d’Information CoMO SSA et pourquoi vous êtes le candidat idéal pour ce poste ;

2) Un curriculum vitae, y compris l’expérience professionnelle (avec salaire), la formation académique, les qualifications professionnelles, les compétences linguistiques et les coordonnées de deux références.

Ces documents doivent être adressés à uclgawestafrica@yahoo.com au plus tard le 14/12/2018 à minuit heure GMT, en indiquant clairement « Chargé(e) de Projet – Centre d’Assistance et d’Information – CoMO SSA à Accra » dans la ligne d’objet.

Les candidats sélectionnés seront invités à un entretien à Rabat, Maroc.

La date de prise de fonction est prévue pour Janvier 2019 au plus tard.

Appel à Candidatures: Chargé(e) de Projet – Centre d’Assistance et d’Information à Accra, Ghana au Bureau de la Convention des Maires pour l’Afrique Sub-saharienne (CoMO SSA)

Après l’adoption en 2008 du paquet sur le climat et l’énergie à l’horizon 2020, la Commission européenne a lancé la Convention des Maires pour soutenir les efforts déployés par les autorités locales dans la mise en œuvre de politiques énergétiques durables.

La Convention des Maires cherche à mobiliser un grand nombre d’autorités locales et régionales pour élaborer des plans d’action et des investissements directs en faveur de mesures d’atténuation du changement climatique.

Ainsi, le/la Chargé(e) de Projet – Centre d’Assistance et d’Information sera basé(e) au bureau de CGLU à Accra, au Ghana. Des voyages fréquents dans la région et parfois en Europe (bureau de coordination du projet à Bruxelles).

 

Pour avoir toutes les informations nécessaires à postuler à ce post, cliquez sur le Dossier de candidature disponible ici: Offre demploi Chargé du centre d assistance – Octobre 2018

Les candidats intéressés sont invités à nous faire parvenir les documents suivants, l’un écrit en français et l’autre en anglais

1) Une lettre de motivation de deux pages au maximum, expliquant pourquoi vous aimeriez travailler comme Chargé(e) de Projet – Centre d’Assistance et d’Information CoMO SSA et pourquoi vous êtes le candidat idéal pour ce poste ;

2) Un curriculum vitae, y compris l’expérience professionnelle (avec salaire), la formation académique, les qualifications professionnelles, les compétences linguistiques et les coordonnées de deux références.

Ces documents doivent être adressés à uclgawestafrica@yahoo.com au plus tard le 30/11/2018 à minuit heure GMT, en indiquant clairement « Chargé(e) de Projet – Centre d’Assistance et d’Information – CoMO SSA à Accra » dans la ligne d’objet.

Les candidats sélectionnés seront invités à un entretien à Rabat, Maroc.

La date de prise de fonction est prévue pour Janvier 2019 au plus tard.

Appel à manifestation d’intérêt : Campagne @Villes Africaines sans enfants de la rue

I. Cadre de la campagne ‘’@Villes Africaines sans enfants de la rue’’

Le document est disponible en PDF. 

Le Réseau des Femmes Elues Locales d’Afrique (REFELA) regroupe les femmes membres des instances politiques chargées de la gouvernance des villes et des collectivités territoriales d’Afrique.

REFELA été lancé à Tanger au Maroc en 2011. Il est dirigé par un Bureau exécutif de quinze membres représentatifs des cinq régions d’Afrique. Il comprend des chapitres nationaux qui ont vocation à être la commission égalité des genres des associations nationales des collectivités. La présidence de REFELA est jusqu’en novembre 2018 sous la responsabilité de la Ville de Bangangté au Cameroun, représentée par son Maire, Mme Célestine Ketcha-Courtes.

REFELA œuvre en faveur du développement du leadership féminin au sein des villes et des collectivités africaines, ainsi que pour la prise en compte des préoccupations des femmes dans la définition et la mise en œuvre des politiques et stratégies des collectivités territoriales en Afrique. A cet effet, dans son plan d’action triennal 2019-2021, REFELA propose le lancement de trois campagnes : 1. La campagne des villes africaines sans enfants de la rue ; 2. La campagne des villes africaines à zéro tolérance face aux violences faites aux femmes ; 3. La campagne des villes africaines favorables à l’autonomisation économique des femmes.

Le présent appel à manifestation d’intérêt s’adresse aux leaders et conseils des villes et collectivités territoriales d’Afrique volontaires pour adhérer à la Campagne @Villes Africaines sans enfants de la rue ainsi qu’à leurs associations représentatives.

II. Intérêt de la Campagne @Villes Africaines sans enfants de la rue

Pour les membres de REFELA la montée en régime du phénomène des enfants vivant dans la rue dans les villes d’Afrique est une menace sérieuse pour l’image et la bonne gouvernance de ces villes, qui ne doit pas être sous-estimée comme c’est souvent le cas à l’heure actuelle. Ce phénomène doit au contraire nous interpeler toutes et tous, en tant que responsables politiques, en tant que citadins, en tant que parents et en tant qu’êtres humains.

La persistance de ce phénomène est en contradiction avec les valeurs de solidarité et de partage qui sont reconnues comme fondamentales dans toutes les sociétés africaines. Il met à mal la capacité des villes et collectivités africaines à réaliser notamment l’objectif de développement durable n°11 (ODD 11) qui appelle au développement de villes et établissements humains justes, sûrs, inclusifs et durables, où personne n’est laissé derrière. C’est pour cette raison que les membres de REFELA proposent la Campagne @Villes Africaines sans enfants de la rue afin que la prise en charge voire l’éradication de ce fléau des enfants de la rue d’ici 2030 figure en bonne place parmi les priorités des politiques et stratégies de développement des villes et collectivités territoriales d’Afrique.

Cette campagne appelle la libre adhésion des villes et collectivités volontaires pour y participer. Les membres de REFELA sont convaincus que la plupart des responsables des villes et collectivités d’Afrique vont choisir d’y adhérer, car c’est aussi et probablement en premier lieu à leur capacité à s’attaquer sérieusement à ce phénomène que les responsables de la gouvernance des villes et territoires seront jugés dans leur volonté de développer des villes et collectivités plus justes, sûrs, inclusifs et durables, suivant les prescription de l’ODD 11 des Nations Unies. Le sort fait aux enfants est la mesure cardinale du caractère plus ou moins humain et durable de toute société.

Inscrire le refus des injustices et des discriminations faites aux enfants dans les politiques des villes et territoires est sans aucun doute l’une des exigences morales les plus fondamentales des villes et territoires, en Afrique comme ailleurs dans le monde. Ce refus doit être à la base d’un élan de solidarité de la part de tous, en commençant par les élus locaux eux-mêmes, et intégrer toutes les composantes de la société, y compris les organisations de la société civile, le milieu de l’entreprise, les autorités traditionnelles et religieuses, mais aussi les partenaires de coopération interétatique ou décentralisée engagés en Afrique. C’est la raison pour laquelle la Campagne @Villes Africaines sans enfants de la rue a vocation à être une campagne internationale et mondiale.

Afin de lui donner une assise institutionnelle et financière solide, les membres du Bureau de REFELA ont estimé utile et nécessaire de mettre en place (i) un Comité de Pilotage et un Comité de parrainage, réunissant un certain nombre de Femmes de renommée internationale et ayant montré un intérêt avéré pour la cause des enfants et (ii) une plateforme de financement participatif (crowdfunding) pour mobiliser les contributions et soutiens financiers en faveur de la campagne à travers le monde entier.

III. Adhésion à la Campagne ‘’@villes africaines sans enfants de la rue’’

Le lancement officiel de la Campagne @Villes Africaines sans enfants de la rue  aura lieu dans le cadre de la  8ème édition du Sommet Africités prévu du 20 au 24 novembre 2018 au Palais des Congrès à Marrakech au Maroc. A cette occasion sera organisée la cérémonie de signature solennelle des protocoles d’entente entre les villes, communes, collectivités territoriales et associations adhérentes, et CGLU Afrique. Les adhérents signataires des protocoles d’entente recevront la qualité et le certificat de Membre Fondateur de la Campagne @Villes Africaines sans enfants de la rue.

Les villes et collectivités territoriales et leurs associations nationales intéressées doivent renvoyer le formulaire d’adhésion ci-après au secrétariat de CGLU Afrique au plus tard le 30 septembre 2018.

 

 

 

 

 

 

Coordonnées de CGLU

Afrique

Adresse 22 Rue Essaadyine, Hassan, Rabat 10000,

Royaume du Maroc

Téléphone +212 537 26 00 62

+212 537 26 00 63

Fax +212 537 26 00 60
E-mail secretariat@uclga.org/info@uclga.org

 

mghefrane@uclga.org

 

Site web www.uclga.org

 

(Formulaire ci-joint)

 

 

Avis de Marché de Services (Accra – Ghana)

Avis d’appel d’offre pour la sélection d’un hôtel pour le compte du Secrétariat Général de Cités et Gouvernements Locaux Unis d’Afrique (CGLU AFRIQUE) dans le cadre de sa Réunion Régionale Afrique de l’Ouest prévue à Accra au Ghana du 28 au 29 Mai 2018.

lire la suite ici

Avis d’appel d’offre pour la fourniture de prestation de service d’agence de voyage pour le compte du Secrétariat Général de CGLU AFRIQUE

Avis d’appel d’offre pour la fourniture de prestation de service d’agence de voyage pour le compte du Secrétariat Général de Cités et Gouvernements Locaux Unis d’Afrique (CGLU AFRIQUE) dans le cadre de son fonctionnement et ses activités annuelles au titre de l’année 2018.

Lieu d’exécution : Rabat, Maroc

N/Réf : N° AO/AGENCE DE VOYAGES–CGLU AFRIQUE/2018

 

Lire la suite.