Articles

COVID-19 : Les élus locaux africains en première ligne face à la pandémie

 

 

 

A l’instar du corps médical, les élus locaux se trouvent en première ligne dans lutte contre la propagation du Coronavirus.  Dans le cadre de la décentralisation, il revient aux collectivités territoriales de veiller à ce que les services de bases  des villes fonctionnent et soient efficaces. Sur le continent Africain, les élus locaux multiplient les actions de sensibilisation auprès des populations, dans certains cas ils prennent des mesures pour enrayer la propagation et ils travaillent de concert avec les gouvernements centraux. Le 21 avril 2020, les statistiques publiés par l’Union Africaine  faisaient état de 55 pays touchés avec plus de 23.000 cas  pour plus de 1000 décès (Consultez en temps réel ici ). Les  réponses des villes, collectivités territoriales et les associations nationales de collectivités territoriales dans la lutte contre cette pandémie mondiale varient selon leur contexte.

Afrique centrale

Au Gabon, la mairie de Libreville  s’est jointe au gouvernement pour la mise en œuvre des mesures prises dans la lutte contre la propagation du virus. Le pays qui fait partie des moins touchés avec moins de 100 cas contaminés, espère contenir la propagation de la maladie dans la capitale, Libreville. C’est ainsi que le confinement totale de Libreville a été décrété par le gouvernement le vendredi 10 avril 2020. Le maire de la capitale M. Léandre Nzué et ses collaborateurs ont pour leur part procédé à la désinfection de certains quartiers de Libreville,  organisé la sensibilisatation des populations et la distribution des kits de protection aux mairies d’arrondissements de la commune de Libreville .

Au Cameroun, les élus locaux fraîchement élus à l’issu des municipales de février 2020, sont à pied d’œuvre. Les maires de Douala, capitale économique et ville la plus peuplé du pays , ont décidé de l’adhésion de la ville à : la campagne de dépistage menée par le ministre de la Santé publique, en appelant les populations à réserver un accueil favorable aux agents en charge ; l’installation d’une centrale de cubitainers dans les lieux à forte fréquentation de la ville ; la fabrication des masques de protection en tissu, lavables et réutilisables qui seront distribués gratuitement dans les marchés et auprès des moto taxis ; la limitation, à l’initiative des Maires d’arrondissements, des affluences  à l’intérieur et à l’extérieur des édifices des mairies, lors des cérémonies de mariage ; l’interdiction de la vente des denrées alimentaires à même le sol ; le lancement imminent d’une large campagne de collecte de fonds en vue de faciliter la mise en œuvre de ce plan stratégique et d’apporter un appui financier conséquent aux communes.

La commune de Dschang dans l’ouest du pays a vu l’exécutif municipal de Dschang implanter des dispositifs de lavage et de désinfection des mains, le creusage d’un forage à  l’hôpital de district et le don d’une ambulance. Le maire Jacquis Gabriel Kemleu Tchabgou  explique de c’est en tout huit forages qui seront construits pour les populations. « Les autres forages seront par la suite réalisés à la mairie, au centre administratif, aux marchés A, B et Tsinfem et à Tsinkop » (Plus de détails en vidéo).

Au Congo, la mairie de Pointe noire va contribuer à hauteur de 50.000 millions de FCFA à la cellule de crise mise en place par le gouvernement.  Par ailleurs, le conseil municipal du 1er avril présidé par  Jean François Kando, maire de pointe noire, a décidé que « les marchés domaniaux seront ouverts de manière régulée mercredi et dimanche  de 7 heures à 15 heures seulement pour les pavillons alimentaires : poissons, viandes, légumes, patates, condiments et autres denrées alimentaires. Les marchés de fortune vont être fermés, les ventes sur les trottoirs sont interdites. Les structures de services essentiels (banques, stations service, hôpitaux et autres) restent ouverts. Les cérémonies de mariage sont reportées jusqu’à nouvel ordre. Les veillées mortuaires sont interdites. Les promenades et les activités sportives sur la plage sont interdites».

Le maire de Bangui (République Centrafricaine), M. Émile Gros Raymond Nakombo a également annoncé la suspension jusqu’à nouvel ordre des cérémonies de célébration mariages à la Mairie.

Afrique de l’Ouest

Au Sénégal, la contribution des les collectivités territoriales se chiffre à 1 milliard 677 million de FCFA.  Chaque commune a injecté 5 million de FCFA sans compter les contributions matérielles. Le point de la situation a été fait par le président de l’Association des maires du Sénégal (AMS), M. Aliou Sall et le président de l’association des présidents des départements du Sénégal (APDS), M. Adama Diouf. La ville de Dakar fait partie des premières collectivités à monter au créneau avec un don de 100 millions de FCFA au fond national de lutte contre le coronavirus « Force Covid-19 ». L’édile de la capitale sénégalaise, Mme  Soham El Wardini  et son conseil municipal  ont également équipé les hôpitaux référencés pour plus de 80 millions de FCFA, désinfecté plus de 80 bâtiments publics dont les 56 lycées et collèges de Dakar, réhabilité un centre de santé à hauteur de 20 millions FCFA pour le mettre à la disposition de l’Etat, mis l’ensemble des centres socioculturels à la disposition de l’Etat notamment pour accueillir les enfants de la rue.

Le District Autonome d’Abidjan  (Côte d’Ivoire) a débloqué  719 millions de FCFA pour la mise en œuvre de son plan d’action pour la lutte contre le Covid19. « Nous aurons besoin de travailler très finement pour la distribution des kits alimentaires aux populations les plus démunis. Il y aura une distribution de don dans les 118 villages, dans les 13 communes,  à la préfecture d’Abidjan, aux confessions religieuses et aux ONG», indique M. Robert Beugré Mambé, Gouverneur du district  d’Abidjan.  Un geste salué par le président de l’Union des Villes et Communes de Côte d’Ivoire (UVICOCI), M. Claude Paulin Danho. « C’est une riposte multisectorielle et nous nous devons d’être solidaire. Les maires ont commencé à jouer leur partition et aujourd’hui le gouverneur du district vient apporter une couche supplémentaire,  vient réveiller en nous la responsabilité pour que le civisme soit respecté par l’ensemble de nos concitoyens », a-t-il dit. Le maire de la commune de Grand Bassam, M. Jean Louis Moulot  s’attelle également à sensibiliser les populations (Vidéo).

Au Ghana, l’Association nationale des collectivités territoriales du Ghana (NALAG) a appelé toutes les assemblées métropolitaines, municipales et de district (MMDA) à intensifier leurs activités dans la lutte contre la pandémie.  M. Mohammed Adjei Sowah, le maire de la capitale Accra a multiplié les messages de sensibilisation aux populations et  lancé le 15 avril 2020  la campagne «Wear Your Mask » pour promouvoir le port du masque. ” Accra est l’épicentre de la pandémie dans ce pays et nous devons faire tout notre possible pour freiner la propagation du virus, d’où la nécessité de normaliser le port du masque nasal chaque fois que nous devons quitter la maison.  C’est simple, un masque en tissu qui couvre le nez et la bouche peut réduire les gouttelettes d’air et renforcer la protection contre le virus“, a-t-il déclaré. La mairie d’Accra a également distribué des équipements de lavage des mains sur les marchés et autres lieux publics de la métropole afin de garantir des pratiques d’hygiène élevées parmi les commerçants et les clients dans le cadre des mesures visant à freiner la propagation du virus. C’est en tout  près de  10 000 masques de protection fabriqués localement  qui seront  distribués  aux populations d’Accra.

La Mairie de Ougadougou (Burkina Faso) s’est également déployé sur le terrain avec des sensibilisations dans les marchés (vidéo).  Le maire M. Armand Roland Pierre BEOUINDE a organisé et participé à des séances de distributions des denrées alimentaire.

La Chambre de commerce et d'industrie du Burkina Faso offre 100 tonnes de riz au Maire de la Commune de Ouagadougou Monsieur #Armand_Roland_Pierre_BEOUINDE pour soutenir les commerçants des marchés et yaars en situation de vulnérabilité

La Chambre de commerce et d'industrie du Burkina Faso offre 100 tonnes de riz au Maire de la Commune de Ouagadougou Monsieur #Armand_Roland_Pierre_BEOUINDE pour soutenir les commerçants des marchés et yaars en situation de vulnérabilité

Gepostet von Mairie de Ouagadougou officiel am Freitag, 3. April 2020

A Banjul  (Gambie), Mme Rohey Malick Lowe a multiplié les messages de sensibilisation en interpellant particulièrement les femmes en sa qualité de maire de la capitale et de présidente du Réseau des Femmes Elues Locales (REFELA) de Gambie.  (Vidéo)

Afrique Australe                                                              

En Afrique du Sud,  Mme Thembi Nkadimeng, présidente de l’Association des gouvernements locaux d’Afrique du Sud (SALGA)  a rencontré le président  de la République SE M. Cyril Ramaphosa dans le cadre du conseil de coordination présidentiel pour discuter du rôle des collectivités territoriales pendant la pandémie de coronavirus Covid-19. Son Excellence M. Ramaphosa a exhorté les ministres et les maires du pays à être en état d’alerte et à se préparer à accélérer la fourniture de services. Par ailleurs, il estime que la pandémie a appris au gouvernement à ne pas travailler en vase clos.  SALGA a diffusé plusieurs messages de sensibilisation pour  le respect des gestes barrières et du confinement décrété par le président de la république. (Vidéo de la présidente de SALGA).

Au Botswana, l’Association des Autorités Locales du Botswana (BALA) est également en première ligne dans l’assistance aux populations en cette période de crise.  Elle a invité ses membres a assister les populations et s’assurer de la mise en œuvre des mesures de prévention. Les conseillères municipales  de Lobatse ont fait don de 55 cuisinières et de 50 litres de paraffine pour les  ménages dans le besoin pendant la période du confinement. Le but est d’éviter que les femmes sortent pour aller chercher du bois de chauffage afin de faire la cuisine.

En Zambie,  le maire de KITWE et président de l’association des collectivités territoriales de Zambie (ZILGA), M. Christopher Kang’ombe s’est notamment rendu au marché de Kawama pour expliquer l’importance de respecter  la distanciation sociale dans la lutte contre le virus COVID-19.

Afrique de l’Est

Au Kenya le conseil des gouverneurs, les 47 gouvernements des comtés ont identifié des installations supplémentaires pour servir de quarantaine dans les comtés. Il s’agit principalement d’internats d’écoles secondaires. La plupart des gouvernements de comté ont acheté des produits chimiques pour le traitement de l’eau pour les compagnies des eaux et ont également assumé la responsabilité de fournir de l’eau potable aux communautés dans le besoin. Les gouvernements des comtés, en collaboration avec KEBS, ont demandé à leurs PME de se lancer dans la production de masques. Les conducteurs de Boda boda ont reçu des masques par l’intermédiaire des gouvernements des comtés afin d’assurer leur propre sécurité et celle de leurs passagers. Les comtés sont en train de reloger la population touchée dans les bidonvilles en mettant en place des subventions alimentaires à distribuer.

Du côté de l’association des gouvernements locaux d’Ouganda (ULGA) le gouvernement via le ministère des collectivités territoriales a débloqué le 17 avril 2020, les fonds destiné à la lutte contre le  COVID au niveau local. ULGA a demandé à ses membres «de faire preuve d’une grande efficacité dans l’utilisation de ces précieuses ressources et d’en rendre compte».

Au Rwanda la Ville de Kigali a informé le grand public que « tous les concerts et autres rassemblements publics qui rassemblent de nombreuses personnes, par exemple les concerts de divertissement, les expositions, les festivals, les journées portes ouvertes, les manifestations de marche, entre autres, sont reportés du 8 mars jusqu’à nouvel ordre. Toutes les autorisations d’événements délivrées par la Ville de Kigali avant cet avis sont abrogées».

Afrique du Nord

L’Association Marocaine des présidents des conseils communaux (AMPCC)  a  demandé à ses membres de consacrer une partie de leur budget, à la disposition du fonds pour la gestion de la lutte contre le Covid 19.

En Mauritanie, le Réseau des femmes élues locales (REFELA) de Mauritanie a initié une campagne de sensibilisation dans les différentes langues locales . La Mauritanie fait partie des pays les moins touchés, le dernier patient atteint du Covi19 a été déclaré guéri le 18 avril 2020.

REFELA Mauritanie

#StopCovid-19: Les femmes du REFELA Mauritanie sensibilisent les populations pour l'adoption des gestes barrières #LocalAfrica #WomenInAction #Refela

Gepostet von CGLU Afrique – UCLG Africa am Montag, 20. April 2020

En Tunisie, en plus de la sensibilisation et l’assistance des populations en vivres, la municipalité de Tunis s’est engagée  le 10 avril 2020 «à enterrer toutes les victimes du covid-19 si l’inhumation ne peut pas être effectuée dans les régions où habitaient les défunts». Vidéo de sensibilisation avec Mme  Souad Abderrahim, Maire de Tunis.

في اطار التوقي و الحد من انتشار فيروس كورونا المستجد ،كلمة السيدة سعاد عبد الرحيم رئيسة بلدية تونس شيخة المدينة مع اعتماد تقنية لغة الاشارة الموجهة إلى ذوي الاحتياجات الخصوصية.

Gepostet von ‎Municipalité de la ville de Tunis بلدية مدينة تونس‎ am Samstag, 14. März 2020

En Egypte, le gouverneur du Caire, Khaled Abdel-Aal, a invité les commerçants à arrêter les grands rassemblements publics et d’organiser le commerce des achats afin d’éviter les foules dans les quartiers El-Mousky et Attaba du centre-ville du Caire, qui accueillent deux des plus grands marchés de rue du Caire.

En Algérie, une allocation de solidarité d’un montant de dix mille (10.000) dinars par famille a été octroyée aux nécessiteux et à ceux affectés par les mesures de prévention et de lutte contre l’épidémie du Coronavirus, à l’occasion du mois de Ramadan. Les comités de villages seront chargés d’effectuer cette opération en collaboration avec les Assemblée populaire communale (APC).

 

 

 

Journée Internationale des Femmes 2020: Message de la présidente du Réseau des femmes élues locales d’Afrique (REFELA)

 

 

Lire le message transcrit ici 

 

Journée internationale des femmes 2020 (8 Mars 2020)

L’édition 2020 de la Journée internationale des femmes, qui sera célébrée le 8 mars, aura pour thème : Je suis de la Génération Égalité : Levez-vous pour les droits des femmes. Ce thème coïncide avec la nouvelle campagne plurigénérationnelle d’ONU Femmes, Génération Égalité, qui marque le 25e anniversaire de la Déclaration et du Programme d’action de Beijing. Adopté en 1995 lors de la quatrième Conférence mondiale sur les femmes tenue à Beijing, en Chine, le Programme d’action de Beijing est considéré comme la feuille de route la plus progressiste en matière d’autonomisation des femmes et des filles partout dans le monde.

plus d’information ici

REFELA : Plaidoyer pour l’engagement de plus femmes

 

 

 

Au cours du Forum Urbain Mondial, le Réseau des Femmes Elues Locales d’Afrique (REFELA) a mené un plaidoyer pour assurer l’implication des femmes dans davantage d’instances de décision.  Mme Fatna El Khiel, Présidente du REFELA Maroc a insisté sur ce volet lors de son mot d’introduction à la session organisée par le réseau sous le thème « Rôle du REFELA de CGLU Afrique, dans la réussite de la mise en œuvre des objectifs de développement durable (ODD) ».  Au cours de la session, Mme Khiel a présenté les 3 campagnes  du REFELA  : « Villes africaines sans enfants dans la rue », parrainée par la Princesse Lalla Meryem du Maroc ; « Villes africaines à tolérance zéro pour les violences faites aux femmes et aux filles » et la campagne des « villes africaines favorables à l’émancipation économique des femmes et au leadership féminin ».

Les femmes élues locales présentes à Abou Dhabi ont montré un intérêt aux actions du REFELA. Mme Bongile Mbingo, Conseillère municipale d’Ezulwini, (Eswatini , Ex Swaziland) est en charge de la mise en place du chapitre pays du REFELA à Eswatini. Le lancement officiel est espéré pour mars 2020. Le nombre de femmes engagées dans la gouvernance locale est très faible. « Il n’y a pas assez de femmes élues au sein des conseils municipaux. La plupart d’entre elles sont nommées. Dans notre conseil municipal nous sommes 02 femmes sur un total de 10 membres », confie Mme Bongile. Cette situation s’explique premièrement par le fait que les femmes ont peur d’aller battre campagne. De ce fait, elle se réjoui de l’existence du REFELA qui se présente comme une excellente plateforme pour apprendre des autres femmes élues locales du continent et aussi comme une ouverture pour permettre aux femmes élues locales de Eswatini de traiter des sujets rencontrer sur le terrain. Pour elle, la campagne REFELA prioritaire pour son pays est celle des « Villes africaines favorables à l’émancipation économique des femmes et au leadership féminin». (Voir son entretien vidéo ici )

« Il est temps que les femmes prennent le pouvoir », Mme Soham El Wardini, Maire de Dakar

Le maire de Dakar, Mme Soham El Wardini a lancé un appel aux femmes pour leur engagement dans la gouvernance locale. « Je demande aux femmes de se lancer toutes dans la gouvernance locale et même en politique. Vous savez qu’en Afrique, ce sont les femmes qui élisent les hommes. Pourquoi élire des personnes qui après vous laissent en rade ? Les femmes sont puissantes, elles dirigent le monde. Parce que tout ce que les hommes font, ce sont les femmes qui les poussent à le faire. Il est temps à présent que les femmes prennent le pouvoir ».

Découvrez son interview vidéo ci-dessous :

 

Deuxième appel à manifestation d’intérêt relatif à la Campagne des villes africaines sans enfants de la rue

 

 

Le Réseau des Femmes Elues Locales d’Afrique (REFELA) regroupe les femmes membres des instances politiques chargées de la gouvernance des villes et des collectivités territoriales d’Afrique. Le REFELA a été créé à Tanger au Maroc en 2011. Depuis 2016, il constitue la Commission permanente de l’égalité de genres de CGLU Afrique. Il dispose d’instances, la Commission élective, 45 membres et le Bureau exécutif, 15 membres, répartis selon les cinq sous-régions de l’Afrique. Il comprend des chapitres nationaux,(REFELA-Pays), qui ont vocation à être la commission de l’égalité des genres des associations nationales des collectivités, membres de CGLU Afrique.

REFELA œuvre en faveur (i) du développement du leadership féminin au sein des collectivités territoriales en Afrique, (ii) de la prise en compte des préoccupations des femmes et de l’égalité de genre dans la définition et la mise en œuvre des politiques et stratégies de ces collectivités territoriales en Afrique. A cet effet, dans ses plans d’action triennal, le REFELA a planifié la réalisation de trois (3) campagnes, qui ont été documentées à travers des rapports analytiques des problématiques (enfants de la rue, violence faites aux femmes, limites de l’autonomisation économique des femmes), sur lesquelles ces Campagnes comptent agir avec les villes et collectivités africaines :

  1. La campagne des villes africaines sans enfants en situation de rue, déjà lancée sous la Présidence effective de la Princesse Son Altesse Royale, Lalla Meryem du Royaume du Maroc, durant le Sommet Africités à Marrakech (novembre 2018), une boite à outils a été élaborée, et qui sera en appui aux villes adhérentes, pour la mise en œuvre de cette Campagne et ce, en partenariat avec l’Observatoire nationale des droits de l’enfant marocain (ONDE) ; c’est cette Campagne qui fait l’objet du présent appel à manifestation d’intérêt ;
  2. La campagne des villes africaines à zéro tolérance face aux violences faites aux femmes et aux filles, ayant reçu pour sa planification, le Prix-Award IdealKent à l’UNESCO-Paris-France ;
  3. La campagne des villes africaines favorables à l’autonomisation économique des femmes, qui bénéficie d’une entente entre le REFELA-CGLU Afrique et la Fédération des municipalités andalouses (FAMSI), pour l’appui à sa mise en œuvre.

Il est à noter que l’appel à manifestation d’intérêt a déjà été lancé en 2018 et plus de 60 Villes/Communes ont déjà adhéré à cette Campagne des villes africaines sans enfants en situation de rue, y compris celles ayant signé leur adhésion durant le Sommet Africités à Marrakech (voire même des communes n’ayant pas vraiment ce problème, mais par intérêt pour la campagne et pour la prévention).

A cet effet, 2ème appel à manifestation d’intérêt lancé pour une durée de 3 mois, vient à nouveau, s’adresser aux maires et aux conseils des grandes villes et collectivités territoriales d’Afrique, ayant ce problème des enfants en situation de rue, (n’ayant pas déjà adhéré à cette campagne), pour qu’ils adhèrent volontairement et en nombre conséquent, à cette Campagne des Villes Africaines sans enfants en situation de rue.

Lire la suite.

Mémorandum d’entente entre le REFELA-CGLU Afrique et FAMSI, des engagements pour la promotion de l’égalité de genre au niveau local

Le IV Forum AN-MAR “Andalousie-Maroc” organisé de manière réussie à Séville, le 28-29 janvier 2020, a été un véritable lieu de rencontre entre les municipalités et les collectivités locales du nord du Maroc et d’Andalousie pour discuter de questions d’intérêt commun dans le cadre de la coopération entre les deux territoires, et en présence d’organisations panafricaines (CGLU Afrique et son réseau de femmes élues locales d’Afrique-REFELA) et internationales pour partager leurs expériences et bonnes pratiques dans le domaine de la gestion publique locale et de la promotion de stratégies de développement communes dans un contexte articulé avec les politiques et institutions régionales et nationales de chaque pays.

Ce IV Forum AN-Ma, a permis d’échanger sur les accords de coopération et les relations entre l’Union Européenne et le rôle des gouvernements locaux dans une perspective de coopération mutuelle, tout en favorisant une articulation entre les collectivités territoriales, la société civile et autres organisations internationales.

Il a également, constitué une occasion pour le Secrétaire Général de CGLU Afrique, M Jean Pierre Elong Mbassi, pour la Présidente du REFELA, Mme Dao Macoura Coulibaly et le Président de la fédération des municipalités andalouses-FAMSI, M Ignacio Caraballo, de signer un mémorandum d’entente, en vue de conclure un partenariat constructif et porteur de changement en matière d’égalité de genre au niveau local.

Ce Mémorandum d’entente lie dorénavant le REFELA de CGLU Afrique et FAMSI, pour collaborer et avancer sur les questions de l’égalité de genre au niveau local et principalement en donnant de l’importance à celles portant sur l’autonomisation économique des femmes dans les Collectivités territoriales, et dont les résultats pourront être investis dans les travaux et actions de la commission de développement économique local (DEL) de CGLU Monde.

Des remerciements s’adressent au Président FAMSI et à tous les Responsables et équipe du réseau AN-Mar pour la distinction attribuée à différents maires de municipalités, pour leurs actions pertinentes en matière de gouvernance et de développement local, tout en valorisant les actions du REFELA en matière de promotion de l’égalité de genre au niveau des Collectivités territoriales d’Afrique, de par cette reconnaissance attribuée également, à la Présidente du REFELA, Mme Dao Macoura Coulibaly, Maire de Fomboulo de la Côte d’Ivoire.
Cette considération confère aux femmes maires et élues locales d’Afrique, une réelle reconnaissance de l’intérêt de leur mobilisation continue. En effet, depuis la création de leur réseau en 2011, les femmes leaders de la politique locale se sont donner comme objectifs de lancer, mettre en œuvre et suivre des campagnes à portée panafricaine.

Ces Campagnes en collaboration avec les villes africaines qui ont exprimé leur adhésion volontaire à ces initiatives du REFELA, visent à lutter contre la vulnérabilité des enfants de la rue, à faire évoluer ces villes adhérentes vers une tolérance zéro face aux violences faites aux femmes et aux filles et collaborer ensemble en faveur de l’action réelle pour garantir l’autonomisation économique des femmes africaines.

Ces Campagnes s’adressant aux villes africaines, sont conformes aux aspirations égalitaires de la Vision africaine 2063 et s’inscrivent parfaitement dans les Agendas internationaux, dont celui des 17 ODD, en particulier l’ODD5 et l’ODD11, d’ici 2030.

Dr Malika Ghefrane Giorgi
Conseillère spéciale REFELA-CGLU Afrique

Ne manquez pas les sessions de CGLU Afrique au Forum urbain mondial (#WUF10)

 

 

La dixième édition du Forum urbain mondial (#WUF10) se tiendra du 8 au 13 février 2020 à Abou Dabi, aux Émirats arabes unis. Ce sera la première fois qu’un pays arabe accueille la plus importante conférence au monde sur les villes et les établissements humains.

Le #WUF10 est organisé par ONU-Habitat en partenariat avec le Département d’Abou Dabi des municipalités et des transports, le Département d’Abou Dabi de la culture et du tourisme, le Ministère des affaires étrangères et de la coopération internationale, le Secrétariat général du Conseil exécutif et le Centre national d’exposition d’Abou Dabi.

Le thème de cette dixième édition est “Villes d’opportunités” : Connecter la culture et l’innovation”.

Le Forum urbain mondial est une étape importante pour les gouvernements locaux et régionaux, car tous les deux ans, il passe en revue l’agenda urbain et de développement, offrant ainsi une occasion unique de rencontrer les Gouvernements nationaux et d’autres partenaires.

Au cours de cet important rassemblement, CGLU Afrique organisera 5 sessions principales et participera à d’autres sessions de partenaires.

Le 10 février, CGLU Afrique animera la session sur les “Stratégies locales pour le financement des actions locales(Salle A, Voice from Cities, 12h30 -13h30).

Le 12 février, le Réseau des femmes élues locales d’Afrique (REFELA) de CGLU Afrique animera la session sur “Le rôle du REFELA dans la mise en œuvre réussie des objectifs de développement durable (ODD)” (15h-16h30, Voice from  Cities Salle A,).

CGLU Afrique organisera les trois sessions suivantes :

  • “Capitales africaines de la culture” (12 février, 14h-15h, Voice from  Cities, Salle A).
  • La porte du retour – Une nouvelle ère panafricaine  (11 février, 10h-11h, Stand CGLU Afrique).
  • “Créer un environnement favorable et un cadre de soutien au niveau local africain pour protéger, promouvoir et améliorer le patrimoine et la culture”(10 février, 12h-13h, Stand CGLU ).

CGLU Afrique aura également un stand dans l’espace d’exposition. Ce sera un lieu d’activités interactives : tables rondes et rencontres B2B avec les partenaires, les membres et tous les acteurs clés.

N’hésitez pas à nous rejoindre !

Photo Jour

Photo Jour 2 

Plus d’information consultez le site Internet ici.  

 

REFELA distingué par ‘’International IDEALKENT Awards’’ à l’UNESCO, le ‘’Prix des femmes amies de la cité’’

Le REFELA a reçu le 16 janvier 2020, le Prix IDEALKENT, ‘’des femmes amies de la cité’’ à l’UNESCO-Paris, pour son projet de ‘’Campagne des Villes africaines, à zéro tolérance face aux violences faites aux femmes et aux filles’’.

Cette consécration confère aux femmes maires et élues locales d’Afrique, une réelle reconnaissance de l’intérêt de leur mobilisation continue et ce, depuis la création de leur réseau en 2011, pour mettre fin aux violences faites aux femmes et aux filles en Afrique. Et par la même, c’est une réelle reconnaissance de la pertinence de leur initiative, cette Campagne, retenue comme un bon projet pour les villes africaines.

La Présidente du REFELA, Mme Dao Macoura Coulibaly a remercié l’institut des études urbaines, son Secrétaire général, son Directeur Général et ses partenaires (COJEP International, UNESCO, UCLG-MEWA, Congrès des pouvoirs locaux et régionaux-Conseil de l’Europe) d’avoir honoré le réseau, en lui attribuant ce Prix, à l’occasion de ce Forum sur « L’avenir des gouvernances locales » sur le thème de l’urbanisme donc les objectifs seront d’encourager les acteurs urbains soucieux de la démocratie participative dans les villes et lors de cette belle cérémonie, organisée au siège de l’UNESCO-Paris.

En effet, selon le rapport analytique sur la situation des violences faites aux femmes et aux filles en Afrique, élaboré par le REFELA, des statistiques et des chiffres effarants, révèlent les nombreuses doléances, formes de violences et de discriminations vécues par les femmes africaines. Ce rapport analytique pointe les violences faites aux femmes et aux filles, comme une réelle problématique persistante et étendue au niveau du continent africain.

Le Prix obtenu à l’UNESCO vient pour sa part récompenser cette persévérance des femmes maires et élues locales d’Afrique à vouloir aller au bout de cette problématique, et y mettre terme et ce, en établissant un cadre collaboratif avec les villes africaines, à travers cette Campagne#.

A cet effet, cette campagne est fondée sur une approche de territorialisation de la lutte contre les violences faites aux femmes et aux filles et s’organise autour d’organes de gouvernance, de mécanismes de coordination et de veille, d’étapes et de lignes d’actions prioritaires, à mettre en œuvre par le REFELA-CGLU Afrique et par les villes africaines ayant adhéré à la Campagne, et sur la base d’une boite à outils conçue pour renforcer leurs capacités. Les villes qui adhèrent à cette initiative, développeront avec le REFELA des solutions, des services, des projets et des actions pour protéger les femmes victimes de ce fléau, et améliorer leur bien-être dans le territoire local, de proximité et au plus près du quotidien de leur vie.

Ce projet a pour finalité de proposer une stratégie et des protocoles adéquats, impliquant toutes les parties concernées au niveau local (services de police, de santé…, y compris la société civile), tout en assurant les services de base, nécessaires à la prise en charge des victimes.

Ce Prix démontre une volonté de l’Institut et de ses partenaires d’apporter une contribution à faire aboutir ce projet de ‘’Campagne des Villes africaines, à zéro tolérance face aux violences faites aux femmes et aux filles’’, qui incite les villes africaines à agir contre ce fléau, en s’associant aux femmes maires et élues locales pour sa mise en œuvre et son suivi.

Ce Prix IdealKent reçu dans une plate-forme internationale comme celle de l’UNESCO, offre au REFELA de grandes opportunités, d’une part d’informer et de communiquer sur le fait qu’il est en action, de par cette Campagne#, pour une diminution impérative, des affres des violences faites aux femmes, aux jeunes femmes et aux filles, d’ici 2030, conformément à l’Agenda des objectifs de développement durable, dont l’ODD 5 : ‘’Parvenir à l’égalité des sexes et à l’autonomisation des femmes et des filles’’, qui ne peut être atteint si les femmes continuent à subir des violences, tout le long de leur cycle de vie et d’autre part, ce Prix contribue à renforcer les objectifs du REFELA, visant non seulement à donner une portée africaine à cette Campagne, mais également internationale. En effet, les femmes maires et élues locales d’Afrique, plaident devant les instances africaines et internationales, en faveur d’une mobilisation plus accrue pour lutter et éradiquer à terme, toutes formes de violences faites aux femmes et aux filles africaines et œuvrent pour faire de sa Campagne# des villes africaines, une partie intégrante de la Campagne mondiale de lutte contre les violences faites aux femmes et aux filles, lancée chaque année le 25 novembre.

“Les villes africaines ont besoin de leurs femmes, alors elles doivent prendre la problématique des violences qu’elles subissent avec plus de résolution’’, pour faire ainsi de ces villes, des villes sûres, résilientes et durables’’ (ODD11). Et ceci ne devrait pas seulement être un souhait sans lendemain, mais une réalité d’actions concrètes, car les choses ne se feront pas d’elles-mêmes.

Les femmes maires et élues locales d’Afrique, espèrent que ce Prix participera à jeter les jalons de cette prise de conscience. Et les gouvernements régionaux et locaux pourront agir car ils ont là un bon projet de Campagne, au quel, ils devront adhérer pour permettre aux femmes de leur territoire de vivre en toute sécurité.

Et comme l’exhorte le Secrétaire Général de CGLU Afrique, M Jean Pierre Elong Mbassi ‘’Afrique locale, transformer la vie des femmes’’.

Et c’est aussi l’occasion de faire des appels : (i) un appel aux États africains, pour l’intégration des actions de cette Campagne du REFELA-CGLU Afrique, dans les plans d’actions nationaux de lutte contre les violences faites aux femmes et aux filles et d’accorder aux villes et collectivités locales, les ressources nécessaires pour sa mise en œuvre, et (ii) un appel aux organisations internationales dont celles des Nations Unies et de l’UE, de tenir compte dans cette phase cruciale de la mise en œuvre de l’Agenda mondial de développement durable, à la fois de l’étendue et de la complexité de la problématique des violences faites aux femmes et aux filles, qui sévit dans les villes et collectivités locales en Afrique et être résolues à la mobilisation de Fonds conséquents et de partenariats techniques, impliquant l’appui à la mise en œuvre et au suivi évaluation de cette ‘’Campagne des Villes africaines, à zéro tolérance face aux violences faites aux femmes et aux filles’’.

Elaboré par Dr Malika Ghefrane Giorgi
Conseillère spéciale REFELA-CGLU Afrique

La Campagne REFELA ” Villes africaines  à tolérance zéro face aux violences faites aux femmes et aux filles”, sélectionnée pour le  prix Idealkent  de la ville favorable aux femmes 

Le Réseau des femmes élues locales d’Afrique (REFELA) de CGLU Afrique a lancé le 31 janvier 2019 un appel à manifestation d’intérêt aux villes qui souhaitent participer volontairement à la Campagne# des villes africaines, à tolérance zéro  face aux violences faites aux femmes et aux filles . 22 villes africaines ont adhéré volontairement  à cette campagne.

En novembre 2019, cette Campagne# des villes africaines, à tolérance zéro face aux violences faites aux femmes et aux filles a été sélectionnée pour le prix Idealkent de la ville favorable aux  femmes.

La campagne REFELA est qualifiée de “projet innovant et exceptionnel” par les organisateurs.

La cérémonie de remise du prix Idealkent aura lieu le 16 janvier 2020 dans les locaux de l’UNESCO à Paris.

Les Idealkent Awards sont une initiative de l’Institut d’études urbaines.

Les Idealken Awards visent à soutenir des projets de planification qui calculent la croissance future de manière multidimensionnelle, la protection de la structure urbaine et architecturale, les applications de la transformation urbaine centrée sur l’homme, les efforts de construction identitaire et culturelle, les aménagements de l’écologie humaine et la planification environnementale, la planification urbaine centrée sur les piétons, les pratiques de transport public qui encouragent et favorisent la participation à la démocratie dans les villes ; ils encouragent les acteurs urbains soucieux de préserver et de maintenir cette dernière.

Pour en savoir plus sur les Idealkent Awards et toutes les catégories, visitez le site web ici .

Lisez les motivations de certaines villes impliquées dans la campagne REFELA ici.

Lancement du chapitre gambien du REFELA

 

Les 5 et 6 octobre 2019, le regroupement des femmes maires et élues locales gambiennes présidé par madame Rohey Lowe, Maire de la municipalité de Banjul, en partenariat avec CGLU Afrique et le PNUD, ont lancé le chapitre National gambien du REFELA (Réseau des femmes élues locales d’Afrique).

Le maire de Banjul, Mme. Rohey Lowe, a présidé le lancement officiel à l’hôtel Atlantic de Banjul. Ce lancement a connu l’appui technique du secrétariat du REFELA et la présidence du Réseau, auprès du point focal du REFELA, Mme le maire de Banjul.

Le maire Lowe a déclaré que ce lancement marquera un tournant dans les aspirations des femmes gambiennes dans tous les domaines du développement. Elle a également expliqué que le REFELA est la commission permanente de l’égalité de genres de CGLU Afrique. Et conforment au Règlement intérieur du REFELA, le nouveau chapitre national gambien sera la Commission genre de l’association nationale des collectivités locales gambiennes.

En outre, Mme Lowe a révélé que la campagne pour améliorer la vie des femmes telle que préconisée par le REFELA a pris un tournant très positif avec son élection comme première femme maire de la capitale de Banjul.

Mais la situation est plus difficile pour les femmes rurales dont la participation active à la gouvernance, en particulier dans les gouvernements locaux, a été largement absente. Et si la situation actuelle n’est toujours pas maîtrisée, la situation des femmes en ce qui concerne leur participation active au processus électoral et à la gouvernance ne fera qu’empirer “, a-t-elle averti.

Selon le maire Lowe, les femmes représentent bien plus de la moitié de la population et environ 54 % de l’ensemble des électeurs inscrits, mais elles ne sont pas représentées aux postes de décisions malgré leur majorité.

Même si l’on sait que les femmes sont des partisans loyaux et qu’elles forment la base de leurs partis politiques, elles sont encore largement sous-représentées dans la hiérarchie de leurs propres partis et dans d’autres postes électifs du pays“.

Comme mentionné dans la feuille de route, pour être atteint, tous les objectifs de développement durable sont directement liés aux responsabilités des gouvernements locaux et régionaux “, a-t-elle révélé.

Le maire Lowe a appelé les femmes à s’engager en faveur de l’Agenda 2030 pour que les femmes gambiennes atteignent des sommets remarquables dans le développement politique et économique du pays.

La section gambienne de REFELA est déjà engagée dans les principales campagnes REFELA :

Ø La Campagne pour des villes africaines sans enfants de la rue (Voir la vidéo du REFELA Gambie )

Ø La Campagne des Villes africaines à zéro tolérance face aux violences faites aux femmes et aux filles (Voir la vidéo du REFELA Gambie )

Ø La Campagne des Villes africaines favorables à l’autonomisation économique des femmes.

Le lancement de la section gambienne du REFELA, suit la dynamique impulsée par le REFELA après le dernier Sommet Africités 8, tenu en novembre 2018 à Marrakech (Maroc). En juin 2019, un autre chapitre pays du REFELA a été lancé en Namibie, qui a été suivi par le lancement du REFELA Pays de l’Eswatini (Ex Swaziland).

Regardez le résumé de la cérémonie de lancement du REFELA Namibie