Principales Recommandations de la 6ème Edition du Forum Africain des Managers Territoriaux et des Instituts de Formation ciblant les Collectivités Territoriales (FAMI 6_2022) (COMMUNIQUE DE PRESSE)

Le 03 décembre 2022 à Agadir s’est clôturée la 6ème édition du Forum Africain des Managers Territoriaux et des Instituts de Formation ciblant les Collectivités Territoriales (FAMI 6_2022).

Le Forum s’est tenu durant 6 jours, du 28 Novembre au 03 Décembre 2022 au Centre de Formation de la Faculté de Médecine et de Pharmacie de l’Université IBN ZOHR à Agadir.

Le Thème retenu pour cette édition était : « Le défi de la formation et du renforcement des capacités des Elus Locaux et du Personnel des Collectivités Territoriales en Afrique dans l’Action Climatique ».

Cet important rendez-vous annuel des Managers Territoriaux, tenu une semaine seulement après la COP 27, a été organisé par Cités et Gouvernements Locaux Unis d’Afrique (CGLU Afrique) à travers son Académie Africaine des Collectivités Territoriales (ALGA), en partenariat et avec l’appui de la Commission européenne, de la Direction Générale des Collectivités Territoriales du Ministère de l’Intérieur, la Région de Souss-Massa, le Conseil Préfectoral d’Agadir Ida-Outanane, le Conseil Provincial de Tiznit, le Conseil Provincial de Taroudant, l’Université IBN ZOHR et le Centre de Formation de la Faculté de Médecine et de Pharmacie d’Agadir, l’Agence Nationale pour le Développement des Zones Oasiennes et de l’Arganier (ANDZOA), les Associations Nationales des Collectivités Territoriales du Maroc (ARM, AMPCPP, AMPCC), l’Agence de la Transition Ecologique ADEME de France, le Centre 4C-Maroc, le Bureau du Projet des Nations Unies sur la Gouvernance, Direction des Institutions Publiques et de la Gouvernance Digitale (DIPGD) du Département des Affaires Economiques et Sociales des Nations Unies (UNPOG/DPIDG/UN DESA), ainsi que le Ministère de la Transition Energétique et du Développement Durable et le Conseil Communal d’Agadir.

Durant les 6 jours de travaux, le Forum a enregistré plus de 300 participant(e)s provenant de 40 pays, dont 33 pays africains. Ces délégations ont pris part et contribué aux travaux de :

– Une cérémonie officielle d’ouverture, sous la présidence de Son Excellence Monsieur Karim ACHENGLI, Président du Conseil de la Région de Souss-Massa et Son Excellence Madame Jeannette NYIRAMASENGESHO, Présidente de l’Association Rwandaise des Collectivités Locales (RALGA) du Rwanda, Présidente du Conseil du District de Ngororero de la Province de l’Ouest, Présidente de l’Association des Gouvernements Locaux de l’Afrique de l’Est, ayant représenté Son Excellence Madame Fatimetou ABDEL MALICK, Présidente de CGLU Afrique, Présidente de la Commission Permanente Genre de CGLU, Présidente de la Région de Nouakchott, Mauritanie ;
– Quatre (4) Sessions plénières sur des problématiques en lien avec l’action climatique ;
– Huit (8) Ateliers parallèles sur les défis climatiques et les défis du renforcement des capacités ;
– Trois (3) Master Classes ayant porté sur les concepts et approches de l’Action climatique, la coopération décentralisée et le e-Learning ;
– Un (1) Séminaire de Formation des formateurs sur l’Action climatique au profit de 26 bénéficiaires de différents pays africains, dans le cadre de la Convention de Partenariat avec l’ADEME ;
– Trois (3) visites de terrain.
– Des conventions de partenariat et de coopération décentralisée Sud-Sud, discutées et signées ;
– Une cérémonie de clôture, de reconnaissance et de certification ;
– La plantation d’arbres par les Délégations Africaines.

Les échanges menés au cours des travaux ont porté sur les défis liés aux changements climatique pour les collectivités territoriales, notamment :

– Comment peut-on créer un environnement favorable pour la Localisation et la Territorialisation de l’Action Climatique ?
– Qu’est ce que la COP27 a généré pour les Collectivités Territoriales ?
– Comment permettre aux Collectivités Territoriales de tirer profit de la Finance Climat ?
– Quels sont les défis en matière d’éducation, de formation et de renforcement des capacités ?
– Comment promouvoir des coopérations décentralisées multi-acteurs qui peuvent être au service de l’action climatique ?…

Retenons de ces débats que nous nous trouvons dans un contexte mouvementé ainsi qu’une profonde division mondiale générant des crises ; que seulement 10% de la finance climat bénéficient au niveau local et territorial ; que les défis en matière de formation et de renforcement des capacités sont énormes et qu’il est temps d’agir pour permettre aux Elus Locaux et à leurs fonctionnaires de s’approprier l’Action climatique, de l’intégrer dans leur Gouvernance et planification.

Les travaux et contributions ont permis d’aboutir aux 20 principales recommandations ci-après :

1) La nécessité d’augmenter le financement public en volume et en part du financement de l’adaptation et de la résilience (Mobiliser les 140 à 300 milliards de dollars US nécessaires annuellement d’ici 2030).

2) Renforcer et rendre plus cohérente l’architecture du financement concessionnel du climat, qui comprend le Fonds vert pour le climat, le Fonds pour l’environnement mondial, les Fonds d’investissement climatique, le Fonds d’adaptation ainsi que les guichets concessionnels des banques multilatérales de développement et le Fonds mondial pour les infrastructures.

3) Prendre connaissance et savoir tirer profit des multiples opportunités de financement de l’action climatique.

4) Nécessité d’augmenter le financement local du climat pour une action climatique localisée, afin de mieux comprendre le rôle de la dimension locale et territoriale de l’action climatique en Afrique, si nous voulons prospérer en tant que communauté de nations, avec les gouvernements locaux comme moteur du développement durable.

5) Localiser et territorialiser les CDN, car tout se fait dans les villes ; des actions concrètes doivent être menées à ce niveau.

6) Sensibiliser et territorialiser les actions politiques liées aux changements climatiques et impliquer les femmes et les jeunes dans l’Action climatique.

7) Donner plus de place et d’importance aux villes dans le cadre de la localisation de l’Agenda Climat et mettre en place des mécanismes afin de faciliter l’accès à la finance climat internationale, car seulement 10% de la finance climat se trouve au niveau local.

8) La diversification des sources d’énergies (soulignée par la COP 27, en partant de l’importance du mélange d’énergies propres).

9) Faire passer l’Afrique à l’étape suivante et fournir des incitations qui exploitent les innovations déjà en cours dans la région et qui auront un impact plus important (par exemple agir pour le secteur informel et encourager la participation des jeunes).

10) Donner la priorité à l’innovation financière (80 % du financement pour le climat en Afrique provient de ressources publiques) et il est donc urgent d’accroître le financement du secteur privé dans l’action climatique.

11) Changer de paradigme est nécessaire dans le récit climatique de l’Afrique ; le récit actuel du continent doit passer de la projection des responsabilités et des risques à la projection des Investissements et des Opportunités.

12) Transformer les Contributions et Engagements Déterminés au niveau National en plans d’investissement clairs avec un retour sur investissement clair dans les différents domaines priorisés dans les CDN.

13) L’urgence d’exploiter les données empiriques sur les principales lacunes et opportunités à combler pour étendre ces succès et créer des incitations ciblées qui devront être appliquées pour leur permettre de progresser.

14) Accroître le soutien aux évaluations holistiques du renforcement des capacités aux niveaux national, infranational et local.

15) Appliquer une approche multipartite en faisant participer un large éventail d’acteurs et de parties prenantes, à tous les niveaux de Gouvernance (national, infranational et local).

16) Développer des interventions de renforcement des capacités à long terme.

17) Renforcer les réseaux de connaissances internationaux, régionaux et nationaux, les plateformes, les communautés de pratiques ainsi que l’apprentissage et le soutien entre pairs.

18) Faire en sorte que les pays développés veillent à ce qu’un financement climatique plus important soit disponible pour les programmes autonomes de renforcement des capacités aux niveaux national, infranational et local et à accroître la coordination entre les prestataires de services de renforcement des capacités des entités des pays développés et en développement.

19) La nécessité d’investir dans la prévention des conflits à travers un environnement porteur et facilitateur.
Renforcement des capacités pour la promotion de la Culture de la Paix et l’art de la négociation.

« Nous accordons une importance au niveau de CGLU Afrique aux efforts de notre Académie : ALGA. Nous tâcherons de faire le suivi pour la mise en œuvre de toutes les recommandations qui sortiront de cette importante rencontre » a déclaré, par intervention vidéo, la Présidente de CGLU Afrique, Son Excellence Madame Fatimetou Abdel Malick.

Le Forum a également servi de cadre pour la tenue des réunions de 3 Réseaux professionnels de CGLU Afrique, à savoir :

– La réunion du Réseau des Directeurs des Ressources Humaines (Afrique Locale RHNet) ;
– La réunion du Réseau Africain des Secrétaires Permanents/Directeurs exécutif des Associations Nationales et Régionales des Collectivités Territoriales ;
– La réunion du Réseau Africain des Directeurs Territoriaux chargés de la Coopération Décentralisée et de l’Action Internationale des Collectivités Territoriales (RAMCD).

Des visites de terrain ont été effectuées dans trois villes de la Région de Souss-Massa pour s’enquérir des projets structurants et du patrimoine culturel en tant que vecteur de paix et de développement. Les Délégations ont été réparties en trois groupes :

Le Groupe 1 a visité la Province de Taroudant et a été reçu par Son Excellence Président du Conseil Provincial de Taroudant. Les participant(e)s ont eu l’occasion de découvrir les Murailles ancestrales de la Ville de Taroudant, ainsi que des Coopératives qui valorisent et commercialisent des produits du terroir, tels que l’Huile d’Argan, le Safran, le Miel, l’Huile d’Olive, etc…

Le Groupe 2 a visité la Province de Tiznit où les Délégations ont été accueillies par Monsieur le Gouverneur de la Province et Son Excellence Monsieur le Président du Conseil Provincial de Tiznit. Les participant(e)s ont découvert une partie du patrimoine culturel de la ville, des projets structurants en lien avec l’action climatique, des coopératives valorisant et commercialisant des produits du terroir, ainsi que des boutiques qui commercialisent les bijoux en argent à côté d’autres produits réputés de cette Province ;  

Le Groupe 3 a visité la Ville d’Agadir où les délégations ont été reçues par Son Excellence Vice-Président du Conseil communal. Elles ont eu l’occasion de visiter deux projets structurants en lien avec l’Action climatique, à savoir la Station de dessalement de l’eau de Chtouka-Aït Baha destinée à l’alimentation en eau potable du Grand Agadir, ainsi que la Station d’épuration des eaux usées.

Pour matérialiser leur engagement écologique, les Délégations africaines présentes au FAMI 6_2022 ont planté trente (30) arbres d’Arganier, fournis et offertes par l’Agence Nationale de Développement des Zones Oasiennes et de l’Arganier (ANDZOA) et ce, dans l’enceinte du Lycée et collège Ali Ben Chekroun d’Agadir. Les délégations ont également découvert le génie créatif des élèves de ces deux établissements, ainsi que leur maîtrise de la musique et des chansons marocaines, patriotiques et modernes.

La cérémonie de clôture a été modérée par Dr Najat ZARROUK, Directrice du Développement et de l’Académie Africaine des Collectivités Territoriales (ALGA) de CGLU Afrique, membre du Comité des Experts de l’Administration Publique de l’ONU, et Présidente de l’Association Internationale des Ecoles et Instituts d’Administration (AIEIA), représentant Monsieur Jean Pierre ELONG MBASSI, Secrétaire Général de CGLU Afrique qui se trouvait pendant la même semaine dans une autre mission au Brésil pour promouvoir les relations entre l’Afrique et ce Pays d’Amérique latine.

Cette cérémonie a été marquée par la présence de :

Son Excellence Madame Jeannette NYIRAMASENGESHO, Présidente de l’Association Rwandaise des Collectivités Locales (RALGA), Présidente du Conseil du District de Ngororero de la Province de l’Ouest, Présidente de l’Association des Gouvernements Locaux de l’Afrique de l’Est qui a déclaré dans son allocution : «Je tiens à remercier le Royaume du Maroc pour nous avoir accueilli durant toute cette semaine. Le thème de ce Forum reflétait l’engagement ferme des Collectivités Locales pour la mise en œuvre de l’Agenda climat, mais surtout notre engagement à accompagner la feuille de route pour la COP 28 prévue à Dubaï en 2023 » ;
Mr. Morris MBOLELA, Secrétaire Général Adjoint de CGLU Afrique ;
Le Vice-Président du Conseil de la Région de Souss-Massa, représentant Son Excellence Monsieur Karim ACHENGLI, Président du Conseil de la Région de Souss-Massa,
L’Honorable Monsieur Lahcen AMROUCH, Président du Conseil Communal de Argana, Vice-Président du Conseil Provincial de Taroudant et Vice-Trésorier de l’Association Marocaine des Présidents des Conseils Communaux (AMPCC),
La Vice-Présidente représentant Son Excellence Président du Conseil Préfectoral d’Agadir Ida-Outanane.

Les participant(e)s au FAMI 6_2022, ont enfin adressé un Message de Gratitude et de Remerciements à la Haute Attention de Sa Majesté le Roi MOHAMMED VI du Royaume du Maroc -Que Dieu l’Assiste.

PJ : Photos des journées :
1 : https://www.flickr.com/photos/196672214@N05/sets/72177720304050556/
2 : https://www.flickr.com/photos/196672214@N05/sets/72177720304095249/
3 : https://www.flickr.com/photos/196672214@N05/sets/72177720304161662/
4 : https://www.flickr.com/photos/196672214@N05/sets/72177720304251154/
5 : https://www.flickr.com/photos/196672214@N05/sets/72177720304258583/

Vidéo Best of jour :
1 : https://www.youtube.com/watch?v=QwM1xm2fuHs
2 : https://www.youtube.com/watch?v=DFicOVMrglA
3 : https://www.youtube.com/watch?v=i21ctlwOhR8
4 : https://www.youtube.com/watch?v=pFX0Hzwnaxs
5 : https://www.youtube.com/watch?v=TnmlMw-HQ_Y

voir le Rapport du forum :

Pour de plus amples informations, veuillez contacter :
Gaëlle Yomi : Tel: + 212 610 56 71 45
e-mail : gyomi@uclga.org

Site Internet de CGLU Afrique : www.uclga.org
Site d’ALGA de CGLU Afrique : www.uclgafrica-alga.org

Ouverture à Agadir du Forum Africain des Managers Territoriaux et des Instituts de Formation ciblant les Collectivités Territoriales (FAMI 6)

Sixième édition du Forum Africain des Managers Territoriaux et des Instituts de Formation ciblant les Collectivités Territoriales (FAMI 6 2022) à Agadir

Conclusions des Réunions statutaires de Conseil Panafricain de Cités et Gouvernements Locaux Unis d’Afrique (CGLU Afrique)

La ville de Tanger accueille les réunions statutaires de le Conseil Panafricain de Cités et Gouvernements Locaux Unis d’Afrique (CGLU Afrique) et l’Assemblée Générale du Réseau des Jeunes Elus Locaux d’Afrique (YELO)

7e Sommet mondial de CGLU : L’Afrique était au rendez-vous de Daejeon pour adopter le Pacte pour l’avenir de l’humanité

Formation sur l’accès des villes et collectivités territoriales d’Afrique au marché des capitaux

La session de formation a offert l’opportunité de renouveler les instances de gouvernance du Réseau des Directeurs et Chefs des services financiers des collectivités territoriales d’Afrique (Africa FINET)

La Banque Africaine de Développement (BAD) et Cités et Gouvernements Locaux Unis d’Afrique (CGLU Afrique)  en collaboration avec GiZ et le Club du Sahel et de l’Afrique de l’Ouest de l’OCDE ont organisé du 19 au 24 septembre 2022 une session de formation sur: L’accès des villes et collectivités territoriales d’Afrique au marché des capitaux. Ont bénéficié de cette formation, les directeurs financiers d’une quarantaine de villes et collectivités territoriales africaines venant de 26 pays : Sénégal, Liberia, Gabon, Congo, Cameroun, Malawi, Kenya, Maurice, Zambie, Mozambique, Eswatini, Zimbabwe, Botswana, Centrafrique, Madagascar, Rwanda, Nigeria, Maroc, Mauritanie, Benin, Burkina, Mali, Niger, Tunisie, Nigeria, Côte d’Ivoire.

La cérémonie d’ouverture a été ponctuée par plusieurs allocutions prononcées par : M. Stefan Atchia, Gestionnaire de la Division Urbaine de la Banque Africaine de Développement ; M. Ripert Boussoukpé, Secrétaire Général du Conseil Régional de l’Épargne Publique et des Marchés Financiers (CREPMF) ; Mme Harlette Badou N’GUESSAN KOUAMÉ, Maire de Arrah et Secrétaire Générale de l’Union des Villes et Communes de Côte d’Ivoire (UVICOCI). Le discours d’ouverture a été prononcé par Son Excellence M. Eugène Aka Aouélé, Président du Conseil Économique, Social, Environnemental et Culturel de Côte d’Ivoire, Président de l’Assemblée des Régions et Districts de Côte d’Ivoire et Président de la région du Sud-Comoé.

Qu’est-ce que le Marché des Capitaux ? Quelles sont les institutions de l’écosystème du marché des capitaux ? Quelle est la place et l’importance de l’analyse financière dans le processus ? Comment élaborer des prévisions financières crédibles ? Quels sont les critères qui sont pris en compte par les agences de notations ? Comment fonctionne une bourse et une émission d’obligations municipales ? Quel est le contenu de l’accompagnement des sociétés d’intermédiation et de gestion ? Qu’est-ce que la titrisation et comment la mettre à contribution ? Comment accéder à la « finance verte » ? Voici quelques-unes des questions débattues lors des travaux de groupes et des études de cas, qui ont permis aux participants d’appréhender plus finement l’écosystème des marchés des capitaux, et de s’approprier une large palette d’outils pour y accéder. Les participants ont également eu l’occasion d’être informés sur les nouvelles lignes directrices de la Banque Africaine de Développement concernant les prêts aux villes et collectivités territoriales ainsi que les autres instruments de financement. Le programme de formation, qui a débuté à Abidjan, se prolongera par la suite à Johannesburg.

Ont bénéficié de cette formation, les directeurs financiers d’une quarantaine de villes et collectivités territoriales africaines venant de 26 pays

Par ailleurs des visites ont été organisées : auprès du Conseil Régional de l’Épargne Publique et des Marchés Financiers (CREPMF) où les participants ont été accueillis par le Président, M. Badanam Patoki et le secrétaire Général M. Ripert Boussoukpé ; auprès de la Bourse Régionale des Valeurs Mobilières d’Abidjan (BRVM) où le Directeur Général M. Kossi Amenouvé a accueilli les participants. Ces visites ont permis aux participants de toucher du doigt la réalité du fonctionnement des institutions qui opèrent sur les marchés des capitaux.

La session de formation a offert l’opportunité de renouveler les instances de gouvernance du Réseau des Directeurs et Chefs des services financiers des collectivités territoriales d’Afrique (Africa FINET). Ainsi ont été élus :

  • Président du Réseau : M. Jeremiah Sibande, de Lilongwe (Malawi).
  • Premier Vice-Président : M. Jean-Bosco Massoma Ekwalla de Douala (Cameroun)
  • Deuxième Vice-Président : Mme Sylvie Some Ouoba de Ouagadougou (Burkina Faso)
  • Troisième Vice-Président : M. Kamal Jelouane d’Agadir (Maroc)
  • Quatrième Vice-Président : M. Jean Rubangutsangabo de Kigali (Rwanda).

Par ailleurs deux membres honoraires ont été désignés :  M. Reshma Bukhory Bahadoor de Flacq (Iles Maurice) et Mme Olarike Olayinka de l’État d’Ekiti (Nigéria)

La clôture de la session de formation a été prononcée le samedi 24 septembre à 11h  par M. Yapi Fidel, Directeur Général de la Décentralisation et du Développement Local (DGDDL) au Ministère de l’Intérieur et de la Sécurité.

La deuxième session de formation sur l’accès des collectivités territoriales d’Afrique aux marchés des capitaux est prévue à Johannesburg (Afrique du Sud) en janvier 2023 prochain.

La Commission européenne s’associe aux associations de collectivités territoriales et régionales pour renforcer le développement durable

Le 12 septembre 2022, la Commission européenne a signé des accords-cadres de partenariat avec cinq associations internationales de collectivités territoriales : l’Association Internationale des Maires Francophones (AIMF), le Forum des Gouvernements Locaux du Commonwealth (CLGF), le Conseil des Communes et Régions d’Europe (CCRE), Cités et Gouvernements Locaux Unis (CGLU), et Cités et Gouvernements Locaux Unis d’Afrique (CGLU Afrique). Soutenus avec 50 millions d’euros par l’instrument NDICI-Global Europe, les accords appuient le rôle des autorités locales et de leurs associations dans la formulation de politiques visant à promouvoir le développement durable au niveau local, régional et mondial.

Les collectivités locales et régionales et leurs associations sont des partenaires clé de l’UE dans son action extérieure en raison de leur rôle dans la conduite d’un développement durable et inclusif d’une manière qui crée plus d’opportunités pour tous et ne laisse personne de côté. Il est de notre responsabilité collective de remettre sur les rails la réalisation des objectifs de développement durable. D’ici 2027, l’UE soutiendra le travail des autorités locales dans la poursuite des Objectifs de développement durable et la lutte contre les inégalités avec au moins 500 millions d’euros, en plus des 50 millions d’euros qui soutiennent leurs associations dans le cadre de ces cinq accords.”, a déclaré la Commissaire en charge des Partenariats Internationaux, Jutta Urpilainen.

Les autorités locales œuvrent pour les Objectifs de développement durable (ODD)

Jan van Zanen, Innocent uwimana, Anne Hidalgo, Jutta Urpilainen, Fatimatou Abdel Malick, Stefano Bonaccini

Les cinq accords de partenariat renouvelés, qui seront en vigueur jusqu’au 31 avril 2026, reconnaissent la contribution des gouvernements locaux et régionaux à la conception et à la mise en œuvre des politiques nécessaires pour atteindre les ODD, en particulier pour rendre les villes et les établissements humains inclusifs, sûrs, résilients et durables. Les accords formalisent un ensemble d’intérêts et d’objectifs communs, et offrent l’opportunité de :

  • Renforcer la voix des collectivités locales et régionales de l’UE et de leurs associations dans la politique de développement de l’UE et les agendas mondiaux ;
  • Renforcer l’engagement des collectivités locales et régionales de l’UE et de leurs associations dans la coopération décentralisée, en se concentrant sur les priorités de l’UE et les objectifs de développement durable, en partenariat avec leurs homologues dans les pays partenaires ;
  • Améliorer les pratiques actuelles de la coopération décentralisée, par l’efficacité et l’innovation ;
  • Sensibiliser et renforcer les capacités des gouvernements locaux et régionaux et de leurs associations en tant qu’acteurs de la gouvernance et de la politique de développement ;
  • Renforcer la capacité des associations de collectivités locales à coordonner les voix de tous les partenaires, à créer des synergies et à apporter une valeur ajoutée en tant que réseau, en assurant une bonne gouvernance et des partenariats durables.

Les Présidents des associations internationales de collectivités territoriales qui ont signé les accords-cadres de partenariats sont les suivants :

  • Anne Hidalgo, Maire de Paris (France), Présidente de l’Association Internationale des Maires Francophones (AIMF),
  • Stefano Bonaccini, Président de la Région d’Emilie-Romagne (Italie) et du Conseil des Communes et Régions d’Europe (CCRE),
  • Innocent Uwimana, Président de l’Association Rwandaise des Autorités Locales et du Forum des Gouvernements Locaux du Commonwealth (CLGF)
  • Jan van Zanen, Maire de La Haye (Pays-Bas), co-président de Cités et Gouvernements Locaux Unis (CGLU)
  • Fatimetou Abdel Malick, Présidente du Conseil régional de Nouakchott (Mauritanie), Présidente de Cités et Gouvernements Locaux Unis d’Afrique (CGLU Afrique).

La Présidente de CGLU Afrique était accompagnée de son Secrétaire Général, M. Jean Pierre Elong Mbassi.

Regardez l’intégralité de la cérémonie de signature

 

Fatimatou Abdel Malick

Fatimatou Abdel Malick

Rev Mmachakga Mbw Innocent uwimana, Jan van Zanen, Anne Hidalgo, Jutta Urpilainen, Stefano Bonaccini, Fatimatou Abdel Malick

Retrouvez toutes les photos de l’évènement ici.

Video & Photo Copyright: Union Européenne, 2022

 

Clôture de la première édition du Forum des Régions d’Afrique (FORAF)

Environ 500 délégués, venus de 30 pays dont 21 pays africains, et plus de 80 présidents de gouvernements régionaux africains ont participé à cet événement

SAIDIA, Maroc, 12 septembre 2022/
L’organisation du tout premier Forum des Régions d’Afrique (FORAF) au niveau continental s’est avérée être un succès. Tenu à Saïdia, dans la région de l’Oriental au Maroc, le forum a eu lieu les 8 et 9 septembre 2022. Environ 500 délégués, venus de 30 pays dont 21 pays africains, et plus de 80 présidents de gouvernements régionaux africains ont participé à cet événement qui, selon beaucoup, “a été un événement historique”.Les éloges de cette première édition fructueuse organisée par Cités et Gouvernements Locaux Unis d’Afrique (CGLU Afrique), en collaboration avec l’Association des Régions du Maroc (ARM), le Conseil Régional de l’Oriental (CRO) et le Ministère de l’Intérieur (à travers la DGCT) se sont accompagnés d’une expression massive de gratitude de la part de la majorité des participants envers les autorités marocaines en général, et en particulier envers Sa Majesté, Le Roi Mohammed VI.

Un des moments clés de cette journée de clôture a été la présentation de la feuille de route du FORAF

Ce remerciement a également été exprimé dans la Déclaration de Saïdia lue par le Professeur Peter Anyang Nyong’o, gouverneur du comté de Kisumu au Kenya, qui a souligné la nécessité de faire des régions d’Afrique des pôles structurants du développement durable du continent et des étapes importantes dans la construction de “l’Afrique intégrée que nous voulons”. ” La “Déclaration de Saïdia” a également affirmé l’importance d’appeler les gouvernements nationaux et les partenaires du développement à s’assurer que les moyens financiers de mise en œuvre des politiques publiques nationales et des agendas mondiaux atteignent les budgets des gouvernements régionaux.

Un des moments clés de cette journée de clôture a été la présentation de la feuille de route du FORAF qui a été élaborée pour fixer des objectifs concrets à tous les présidents des régions d’Afrique et les inviter à renforcer leurs gouvernements régionaux, financièrement, techniquement et démocratiquement. Les actions présentées dans la feuille de route ont pris en compte le plan décennal de CGLU Afrique, également connu sous le nom de GADEPPA 2.0. Les participants se sont engagés à collaborer avec le secrétariat de la Zone de libre-échange Continentale Africaine (ZLECA) et Afreximbank et ont encouragé le secrétariat de CGLU Afrique à établir un protocole d’accord avec les institutions susmentionnées. La feuille de route sera traduite en un plan d’action qui sera élaboré par un groupe de travail composé de cinq (5) membres, un (1) par région.   Ce plan de travail sera présenté lors du Conseil Panafricain de CGLU Afrique qui se tiendra à Tanger, du 1er au 3 novembre 2022.

Les membres du bureau du FORAF ont été élus lors de l’assemblée qui s’est tenue le 9 septembre 2022. Le Bureau Exécutif du FORAF est maintenant composé de quatre vice-présidents (de la Région Amoron’i Mania de Madagascar, représentée par sa Présidente, Madame Aline Mamiarosa ; de l’Association des Régions du Maroc représentée par sa Présidente, Madame Bouaida Mbarka, Présidente de la Région de Guelmin, Maroc ; de la Région du Nord, Cameroun, représentée par son Président, M. Oumarou Ousmanou ; de la Province de Gauteng, Afrique du Sud, représentée par son Premier Ministre, M. David Makhura (qui était représenté par M. Lebogang Maile, MEC de la province de Gauteng, Afrique du Sud) ; et en tant que président, le Forum des gouverneurs du Nigeria, représenté par le Dr John Olukayode Fayemi, gouverneur de l’État d’Ekiti, Nigeria. Dans son discours de remerciement, le nouveau président élu du FORAF a souligné qu’il est grand temps que les Africains cessent d’agoniser et commencent à s’organiser”. Le Forum des Régions d’Afrique est un premier pas concret vers l’émergence de “l’Afrique des Peuples” souhaitée par l’Agenda 2063 de l’Union Africaine, et un changement majeur pour un avenir radieux du continent.

PJ :
Déclaratio de Saïdia -FR

Interview Dr John Aloukayode, président du  FORAF :