GSEF :« Atelier de Coaching sur le passage de l’économie informelle vers l’économie formelle et inclusive avec l’engagement de tous les acteurs du territoire : Comment y parvenir ? ” 

GSEF :« Atelier de Coaching sur le passage de l’économie informelle vers l’économie formelle et inclusive avec l’engagement de tous les acteurs du territoire : Comment y parvenir ? ” 

Le 05 mai 2023, au stand CGLU Afrique au GSEF, s’est tenu l’atelier  de Coaching sur le passage de l’économie informelle vers l’économie formelle et inclusive avec l’engagement de tous les acteurs du territoire.

La séance a été présidée par Mme. OBA SAUTHAT Lucile, Conseillère Spéciale, Aff. Politiques et des Relations avec le Parlement, Conseillère Départemental du Kouilou, Point Focal REFELA-Congo-Brazzaville. La modération a été assurée par M. DIOP Mamouth, Directeur du Centre Coaching Territorial, Sénégal. Le panel était composé de : Mme. AYI épse NKAMGNA Monique, Présidente Nationale de l’Economie Sociale et Solidaire, Maire de Dzeng, Cameroun, Mme. COMPAORE NADEMBEGA Rasmata, Ancienne Présidente du REFELA-Burkina Faso, Mme. DOUAYRI Khadija, Membre Elue, Présidente de la Commission Développement Economique, Social, Culturel et Environnemental, Conseil Régional de l’Oriental.

L’atelier se voulait être l’espace d’échange et de partage entre les femmes entrepreneures et les femmes élues locales sur l’insertion économique des femmes et l’importance de formaliser l’exercice de leurs activités afin de bénéficier du cadre juridique et institutionnel qui pourra protéger leurs droits et leur ouvrir les opportunités d’évolution et de stabilité.  L’objectif de l’atelier était aussi de promouvoir le programme du Coaching Territorial de CGLU Afrique en tant qu’outil d’accompagnement des femmes entrepreneurs et des femmes élues locales pour appuyer une l’autonomisation économique des femmes et des filles dans les territoires et vise l’ancrage d’une gouvernance locale participative et inclusive, ne laissant personne en marge.

Principales questions à aborder :

Quels sont les obstacles de l’entreprenariat féminin et quel est l’intérêt de passer du secteur informel vers le secteur formel ?

Comment les collectivités peuvent-elles soutenir les femmes dans leur processus de transition de l’informel vers le formel ?

De quels mécanismes dispose la ville pour faciliter l’insertion économique des femmes ?

Quelles sont les facilités administratives mises en place par le Conseil de l’Oriental pour faciliter l’entreprenariat féminin ?

Comment le Coaching Territorial et le Renforcement des capacités peuvent-ils être bénéfiques aux élues et aux femmes entrepreneures dans le processus de développement économique de leur localité ?

Interventions & Echanges 

Dans son intervention, M. Baba Ndiaye, Ambassadeur du Coaching Territorial pour l’Afrique, a souligné l’impact qu’a eu l’expérimentation du Coaching Territorial sur la filière économique du sel dans la région de Kaolack. Le Coaching Territorial a permis l’institutionnalisation de certaines filières, la création des emplois sécurisés, le renforcement du dialogue entre les différents acteurs locaux et a permis une meilleure visibilité et de nouvelles opportunités de partenariat.

En tant qu’élue, Mme. Rasmata Compaoré, Ancienne Présidente du REFELA au Burkina Faso et maire du 12e arrondissement de la capitale, Ouagadougou a évoqué la question de l’insertion économique des femmes. Au Burkina Faso, 70% des femmes travaillent dans l’économie informelle. Pour remédier à cela, les acteurs étatiques burkinabés ont réalisé le projet d’infrastructures en Haute Intensité de Main d’œuvre (HIMO). Ce projet représente un instrument privilégié de la création d’emplois et a permis à plus de 10 000 femmes d’accéder à une vie plus décente. Mme Compaoré a également mentionné le rôle du REFELA dans la mise en place d’actions d’accompagnement et de formation à la couture pour des femmes en situation de vulnérabilité dans toutes les régions du Burkina Faso.

En fin des interventions, et pour évoquer quelques exemples de dispositifs mis en place pour créer un environnement favorable à l’autonomisation économique des femmes, Mme Khadija Douayri, élue au Conseil de la Région de l’Oriental  à donner l’exemple des programmes d’appui et de financement spécifiques en fonction des types de structures en vue d’encourager l’entrepreneuriat, l’innovation et les coopératives surtout pendant la crise sanitaire et suite à la fermeture des frontières.

Conclusion et Recommandations

Les échanges avec l’audience suite aux présentations respectives des panélistes ont fait appel à :

– Investir dans la formation des femmes pour leur garantir un emploi décent, stable, sécurisé à travers des séminaires de formation, des ateliers de renforcement de capacité et des sessions de coaching territorial

– Adopter et encourager l’économie sociale et solidaire pour passer de l’économie libérale et traditionnelle vers l’économie formelle et durable.