Articles

Action internationale des collectivités territoriales et mécanismes d’animation de la coopération décentralisée : Séminaire d’échanges sur les pratiques inspirantes

 

Le mardi 06 avril 2021, CGLU Afrique en partenariat avec la région de l’Oriental, l’Agence de l’Orientale, Prima Terra et Echos Communication ont organisé un webinaire autour de la thématique de la coopération décentralisée.

Partant du constat selon lequel plusieurs collectivités territoriales cherchent à renforcer et augmenter leur présence sur la scène nationale, régionale et internationale, ainsi qu’à donner plus de cohérence aux actions menées par leurs différents services, le séminaire avait pour objectif de partager à travers les regards croisés des collectivités territoriales du Sud et du Nord des éléments susceptibles de contribuer à la durabilité de l’action internationale menée par les collectivités territoriales.

Trois panels de réflexion se sont tenus, à l’attention de la centaine de participants sur les thèmes suivants :

La coopération internationale, un levier pour le développement économique du territoire,

– Le rôle des Associations nationales des collectivités territoriales dans la mise en place des actions internationales,

– Les Agences de Développement au service de la coopération décentralisée au niveau des collectivités Territoriales.

La rencontre a aussi été marquée par la signature d’un Protocole d’Entente entre les Communes de Guisser du Royaume du Maroc et d’Obala du Cameroun.

Retrouvez l’intégralité des échanges ci-dessous :

ICLEI RISE Africa 2021 (24-28 mai)

 

 

 

ICLEI Africa organise le festival d’action RISE Africa 2021, en partenariat avec African Centre for Cities et Our Future Cities, du 24 au 28 mai 2021.

RISE Africa rassemble diverses personnes et organisations qui contribuent à un avenir urbain durable en Afrique. Le festival vise à célébrer nos villes à travers des sessions créatives, à approfondir les conversations en cours sur de multiples thèmes liés aux villes africaines, et à présenter et promouvoir les activités en cours qui transforment déjà nos villes. Le thème de cette année est NEXT URBAN CHAMPIONS*.

Plus d’infos ici.

Journée Mondiale de l’Eau: Webinaire sur la gouvernance de l’eau dans les villes africaines

 

 

Le 24 mars 2021, l’OCDE en partenariat avec CGLU Afrique, le Conseil mondial de l’eau et le Royaume du Maroc a organisé un webinaire sur la gouvernance de l’eau dans les villes africaines.

En tant que contribution au processus préparatoire du 9ème Forum mondial de l’eau (Dakar, mars 2022), cette session de haut niveau a permis de mettre en avant le rôle des maires et des responsables municipaux dans l’amélioration de la sécurité de l’eau en Afrique, en s’appuyant sur les preuves et les conseils fournis par deux nouveaux rapports de l’OCDE sur la gouvernance de l’eau dans les villes africaines et la gouvernance de l’eau au Cap, en Afrique du Sud. Ces rapports, lancés par le Secrétaire général de l’OCDE, ont été préparés dans le cadre du Programme de l’OCDE sur la sécurité de l’eau pour le développement durable en Afrique, élaboré dans le prolongement du Grand Prix mondial de l’eau du Roi Hassan II.

La session s’est terminée par le lancement d’une nouvelle table ronde OCDE/UCLG des maires africains pour la sécurité de l’eau afin de galvaniser l’action politique au niveau local pour de meilleures politiques de l’eau.

Retrouvez l’intégralité des échanges ci-dessous 

 

Journée Internationale des Femmes 2021 : Allocution de la Présidente du REFELA

Il y a plus de 25 ans le 4 septembre 1995 était adoptée la Déclaration de Beijing par laquelle les gouvernements des Etats membres des Nations Unies s’engageaient à , je cite, “réaliser l’égalité des droits et la dignité intrinsèque des hommes et des femmes (…); garantir la pleine réalisation des droits des femmes et des petites filles en tant que partie inaliénable, intégrante, et indivisible de tous les droits de la personne humaine et de toutes les libertés fondamentales”, fin de citation.

La Déclaration de Beijing mentionne au paragraphe 11 ce qui suit, je cite, :“Nous sommes convaincus que le renforcement du pouvoir d’action des femmes et leur pleine participation sur un pied d’égalité à tous les domaines de la vie sociale, y compris aux prises de décision et à leur accès au pouvoir, sont les conditions essentielles à l’égalité, au développement et à la paix”, fin de citation. Cette déclaration adoptée il y a plus de 25 ans déjà reste d’une brûlante actualité.

Lire plus ici

Séminaire CGLU : Les priorités de CGLU Afrique dans l’agenda mondial

Du 15 au 22 février 2021, CGLU Afrique a pris part à la septième édition du séminaire annuel de l’organisation mondiale des gouvernements locaux et régionaux (CGLU). La deuxième journée du séminaire placée sous le thème « CGLU au service des personnes » a vu la section Afrique conduire la première plénière. L’objectif était de partager avec la grande famille de CGLU sur les priorités de l’Afrique dans l’agenda mondial des collectivités territoriales. Une centaine de participants ont pris part à la rencontre.

Lors de sa prise de parole, le Secrétaire Général de CGLU Afrique, M. Jean Pierre Elong Mbassi, a tenu à rendre hommage au regretté M. Kadir Topaz, ancien maire d’Istanbul et président de CGLU (2010-2016), décédé le 13 février 2021.  M. Mbassi a par ailleurs réaffirmé désirer que toutes les activités de CGLU Afrique soient tournées vers l’avenir et s’alignent sur le Pacte pour le futur, porté par l’organisation mondiale CGLU.

Mme Rahmatouca Sow, Conseillère aux Relations Internationales et Affaires Politiques de CGLU Afrique, a présenté le plan de travail de l’organisation axé sur le renouvellement de ses priorités stratégiques, dans le but de faire de CGLU Afrique un “guichet unique” pour l’Afrique locale sur la décennie 2021-2030 (GADEPPA 2.0).

La nouvelle orientation stratégique comprend 3 piliers (Plaidoyer et mobilisation pour la décentralisation, Capacité et gestion des savoirs des autorités locales et des Associations Nationales, Accès aux financements et Assistance technique des collectivités territoriales et leurs associations) et des fondamentaux qui assurent le développement institutionnel de CGLU Afrique.

Ces piliers sont ancrés autour de 7 thématiques prioritaires qui permettront aux collectivités territoriales africaines de mettre en œuvre l’Agenda 2063 de l’Union Africaine, l’Agenda 2030 des Nations Unies et les autres Agendas de développement mondiaux.  Dans cette nouvelle approche, les bureaux régionaux de CGLU Afrique occuperont une place centrale pour une offre de services de proximité auprès des membres.  Ces thématiques sont : 1- Economie et Finance Locale, 2- Genre et jeunes 3- Climat, biodiversité et systèmes alimentaires 4- Services de bases et localisation des ODD, 5-Migration , 6-Culture,  7- Paix et sécurité.

L’état d’avancement des préparatifs du sommet Africités 9 (26-30 avril 2022, Kisumu-Kenya) a également été présenté lors de la session.

La séance de questions-réponses a permis aux autres partenaires à l’instar du PNUD d’apprécier la nouvelle vision de CGLU Afrique et d’envisager une collaboration plus systématique avec l’organisation.

Outre cette session pilotée par CGLU Afrique, le staff de l’organisation a participé à plusieurs autres panels organisés dans le cadre du séminaire annuel de CGLU.

Pour plus d’informations sur le séminaire annuel de CGLU, cliquer ici 

Bonne année 2021

« Dialogue structuré à plusieurs niveaux sur le financement climatique : le potentiel inexploité des investissements dans l’atténuation et l’adaptation au niveau infranational »

Dans le cadre de sa participation aux travaux du LOCs4Africa, une session a été organisée par CGLU Afrique en partenariat avec ICLEI et la CoM SSA sur la gouvernance verticale sous le thème « Dialogue structuré à plusieurs niveaux sur le financement climatique : le potentiel inexploité des investissements dans l’atténuation et l’adaptation au niveau infranational ».

La session, organisée en deux parties, était animée par Stéphane M. Pouffary, Directeur Général d’ENERGIES 2050, et M. Mohamed Nbou, Directeur de  la Task Force Climat de CGLU Afrique, avec la participation des panelistes suivants : Mme Giorgia Rambelli et M. Andy Deacon (GCoM), Mme Kobie Brand, Directrice Régionale (ICLEI Africa), M. Frédéric Vallier, Secrétaire Général (CCRE), ainsi que M. Mohamed Sefiani, Maire de Chefchaouen et Co-Président de la Task force Climat de CGLU Afrique et Mme Georgette Djenontin Daba, Point Focal Changement Climatique de l’Association  Nationale des Communes du Bénin (ANCB).

Les efforts entrepris dans le cadre de la CoM SSA ont été les points d’entrée pour relever les points saillants du débat.

En effet, grâce notamment à l’initiative CoM SSA, la Task Force Climat de CGLU Afrique a permis d’instituer une démarche structurant et facilitant la mise en place d’un cadre collaboratif entre gouvernement national et gouvernements locaux. La CoM SSA a en outre été l’initiatrice de la proposition de procéder à la révision des CDN en partant de la définition des Contributions Déterminées au niveau Local (CDL) à travers la mise en place d’un Dialogue Structuré entre les deux niveaux de décision local et national en vue de réussir une territorialisation effective des CDN.

Cette proposition de CDL a été endossée par le groupe Afrique lors de la COP 25 en décembre 2019 à Madrid et fait actuellement l’objet d’une étude pilote dans la région de Souss-Massa au Maroc. Les résultats de ce projet pilote seront présentés lors de la Journée des collectivités territoriales prévue lors de la COP 26 en novembre 2021 à Glasgow et feront l’objet d’une diffusion auprès des collectivités locales d’Afrique.

Le concept CDL vise également à amplifier la voix des collectivités locales d’Afrique auprès des institutions financières régionales et internationales et mobiliser le potentiel encore mal exploité du niveau local pour une meilleure implémentation de l’accord de Paris.

Dans cette perspective, l’essentiel du débat de la session a porté sur les moyens de jeter les passerelles de financement climat et lever les obstacles et les barrières pour asseoir les bases d’un cadre favorisant la mutualisation des efforts entre les deux niveaux de décisions national et local en vue d’accélérer la cadence de mise en œuvre des CDN.

Lire la suite

Réunions statuaires CGLU Afrique (7 décembre 2020)

La 24ème session du comité exécutif de CGLU Afrique se tiendra en ligne le 7 décembre 2020. Dans l’après-midi du 7 décembre le Conseil Panafricain de l’organisation se réunira également.

Cette 23ème session du Comité Exécutif adoptera le budget 2021 de CGLU Afrique.

Pour rappel, le Comité Exécutif de CGLU Afrique est l’instance chargée de la direction politique de l’organisation. Le Comité Exécutif comprend 16 membres, 15 membres représentant à égalité chacune des 5 régions du continent (soit 3 pour chacune des 5 régions), auxquels s’ajoute la Présidente du Réseau des Femmes Élues Locales d’Afrique (REFELA-commission genre de CGLU Afrique). Le Conseil Panafricain de CGLU Afrique est quant à lui composé de quarante-cinq (45) membres actifs, neuf (9) pour chaque sous-région africaine.

Évolution du processus de négociation entre les associations nationales de collectivités territoriales et la commission de l’Union Européenne  pour la programmation 2021-2027 

 

Depuis le mois de juin, CGLU Afrique fourni une assistance technique  à toutes les associations nationales de collectivités territoriales africaines dans le cadre du dialogue avec le gouvernement central et la délégation de l’UE au niveau des pays pour le prochain cycle de programmation de l’UE (2021-2027).

Une quarantaine de consultants est à pied d’œuvre auprès des associations nationales  afin de produire un document de référence qui permettra aux élus locaux  d’animer les séminaires nationaux pays et produire une feuille de route pour la programmation 2021-2027. Ces séminaires nationaux réuniront tous les membres de l’association nationale des collectivités territoriales pour les outiller en vue du rôle majeur qu’ils doivent jouer dans le processus de négociation.

Il faut noter que pour la première fois, les autorités locales vont participer dans ce processus en tant qu’acteur public aux côtés de l’Etat central qui était auparavant le seul acteur public associé à la définition des priorités de la coopération européenne.

Le document de référence élaborer par chaque consultant pays portera sur trois principaux points :

La politique nationale de développement et les stratégies sectorielles prioritaires définis et/ou mis en œuvre par le gouvernement national et le niveau de participation des autorités locales à sa mise en œuvre (y compris pour les ODD et les CDN : Contributions Déterminés Nationales pour la mise en œuvre de l’accord de Paris sur le climat) ;

– La  mise en œuvre de la politique de décentralisation en indiquant le niveau d’implication des gouvernements locaux ;

– La mise en œuvre de la coopération de l’UE dans le pays, y compris le programme indicatif national (PIN) soutenu par l’Union Européenne, le Fonds de développement dans le cadre de l’accord de Cotonou UE-ACP et toute information fournissant une évaluation de l’implication des différents acteurs dans la définition, la mise en œuvre et le suivi des interventions définies par le PIN.

Le mois de juillet a permis aux différents consultants de présenter un compendium sur les trois points mentionnés ci-dessus et un rapport analytique, des documents qui devront figurer dans le document de référence finale. Le document de référence abordera également le renforcement de la participation des autorités locales à la politique de développement et de coopération, ainsi qu’une  feuille de route planifiant les actions des associations nationales des collectivités territoriales.

Par ailleurs, les associations nationales de collectivités territoriales ont déjà engagées des prises de contact avec les ministères, le parlement et ses commissions concernés et impliqués dans le processus de dialogue et les délégations de l’UE de leur pays respectif.

Le mois d’octobre 2020 marquera la fin de la phase de négociation du prochain cycle de programmation de l’UE (2021-2027).

 

 

Le secteur culturel et créatif de l’Afrique définit la nouvelle normalité

 

 

 

En dépit des défis posés par le Covid19, les industries culturelles et créatives riches et diversifiées du continent ont émergé en luttant pour leur survie et face au plus grand défi de se redéfinir car les performances publiques sont limitées, et les lieux de divertissement et les attractions touristiques restent fermé. 

En 2018, Cités et gouvernements locaux unis d’Afrique a inauguré les capitales africaines de la culture lors de son événement phare Africités à Marrakech, au Maroc. Cette célébration culturelle, une première sur le continent, suivra un modèle similaire à celui des capitales européennes de la culture bien établies, qui existe depuis plus de 35 ans. L’initiative Capitales européennes de la culture a été conçue pour:

  • Mettre en valeur la richesse et la diversité des cultures en Europe
  • Célébrer les caractéristiques culturelles que partagent les Européens
  • Renforcer le sentiment d’appartenance des citoyens européens à un espace
    culturel commun
  • Favoriser la contribution de la culture au développement des ville
  •  Lire Plus