Archive d’étiquettes pour : CGLU

Cités Gouvernements Locaux Unis : Bureau Exécutif

Le Secrétaire Général de CGLU Afrique a participé au Bureau Exécutif de CGLU qui s’est tenu du 5 au 7 juin 2013 à Lyon, France.

 

Retrouvez ci-dessous le rapport qui reprend les faits marquants de cette rencontre :

1. Faible participation des représentants politiques: par exemple, parmi les 15 membres africains du bureau exécutif mondial de CGLU, seuls 2 ont participé aux travaux de Lyon. Ceci soulève une fois encore la question de la disponibilité des membres qui prennent des responsabilités au sein des instances de l’organisation.

2. Clôture des candidatures pour les élections aux organes dirigeants de CGLU (conseil mondial, bureau exécutif mondial, présidence): la clôture de la réception des candidatures est repoussée au 31 juillet 2013 à la demande du Secrétaire Général de CGLU Afrique. Il est rappelé que ne sont éligibles que les candidats en règle de leurs cotisations au moins jusqu’à l’année budgétaire 2012. Il est rappelé aussi que les candidats doivent avoir renvoyé leur fiche d’adhésion via le secrétariat CGLU Afrique au plus tard le 20 juin 2013. Pour le poste de Trésorier de CGLU, trois candidatures sont enregistrées: celle de l’Afrique, celle de l’Amérique du Nord, et celle de l’Europe. Des négociations doivent être entamées en vue d’aboutir à une candidature consensuelle. Ces négociations prendront en compte la représentation des différentes sections au niveau des co-présidents de CGLU.

3. Encouragement aux sections régionales de proposer des femmes dans les instances de gouvernance de CGLU. À minima il est entendu que la présidente de la Commission Égalité des genres soit une des co-présidentes de CGLU. À maxima, il faudrait que les sections régionales proposent des femmes au poste de co-président ou de vice-président.

4. Création d’une section des collectivités régionales parmi les sections de CGLU. Cette section sera dotée d’un vice président CGLU. Elle sera mise en place à l’occasion du congrès de Rabat en octobre 2013. Cela nécessitera un changement des statuts. Celui-ci devrait intervenir dans le cadre d’une assemblée générale extraordinaire qui se tiendra également lors du congrès de Rabat. Les collectivités régionales d’Afrique souhaitent qu’à cette occasion soit également mise en place une interafricaine des régions qui devrait s’intégrer au sein de CGLU Afrique.

Il est également prévu de lancer un Prix CGLU pour la promotion de la paix destiné à récompenser une collectivité territoriale d’un côté, une personnalité de l’autre, pour leurs initiatives et leur contribution à la sauvegarde et au maintien de la paix dans le monde. Les termes de référence et l’étude de faisabilité de ce Prix sont menés à la diligence de la Commission Diplomatie des Villes. La Commission Coopération Décentralisée propose pour sa part la mise en place d’un centre d’assistance aux collectivités territoriales victimes de catastrophes. Là aussi une étude de faisabilité devra être présentée lors du congrès de Rabat en octobre 2013 en vue d’une décision définitive.

5. La Taskforce mise en place par CGLU pour s’occuper de  l’agenda post 2015  a dans son calendrier i) La contribution des autorités locales et régionales à l’agenda des objectifs de développement durable en cours de discussion à l’ONU, ii) La conférence internationale sur le climat à Paris en 2015, iii) La conférence Habitat III en 2016. Dans le cadre de la conférence Habitat III, chaque pays est appeléàréunir une plateforme nationale de préparation en vue de définir la position du pays sur les priorités à mettre en avant. Les associations nationales des collectivités sont encouragées à participer à ces plateformes nationales et à insister pour que des représentants des autorités locales et régionales soient inclus dans les délégations officielles.

La Taskforce ambitionne de regrouper tous les protagonistes intéressés par l’agenda urbain des collectivités territoriales, et son inscription parmi les priorités de l’agenda des objectifs du développement durable. La prochaine réunion de la Taskforce est prévue à Istanbul le 4 septembre 2013.

Par ailleurs, le Président d’ECOSOC a offert à CGLU la possibilité que cette dernière organise sous l’égide d’ECOSOC  une réunion des autorités locales et régionales à New York. Pour réussir, une telle réunion doit avoir la participation d’un maximum de représentants politiques de toutes les sections de CGLU et être ouverte aux autres réseaux de collectivités locales tels qu’ICLEI, la Conférence des Maires des États Unis, Eurocités, Citynet, etc.

Deux dates importantes doivent être retenues pour la préparation de l’agenda Climat de 2015: la réunion Ecocity de Nantes, France, du 25 au 28 septembre 2013 au cours de laquelle doit en principe être adoptée la feuille de route des autorités locales et régionales pour les négociations sur le climat de 2015; et la  réunion du 9 juillet 2013 à Paris au cours de laquelle ladite feuille de route sera discutée et mise au point.

Concernant UNACLA, l’unanimité s’est faite autour de la nécessité de réformer de fond en comble la représentation des autorités locales dans cette instance d’ONU Habitat à qui il faut demander que les nominations à UNACLA soient désormais de la responsabilité de CGLU et de ses sections régionales.

6. La situation financière de CGLU présente des motifs d’inquiétude à moyen terme s’il n’y a pas d’amélioration substantielle dans la mobilisation des cotisations. Il est proposé d’ajuster le barème de telle sorte à avoir un meilleur équilibre entre régions. Pour l’Afrique cela signifie de passer d’une cotisation de 53.000 euros en 2012 a une cotisation de 73.000 euros en 2017. Cet ajustement appelle soit une révision des barèmes de cotisation, soit un élargissement significatif de la base des cotisants, ou les deux. Cette discussion devra être à l’ordre du jour de la prochaine réunion du conseil panafricain des gouvernements locaux prévue à Rabat le 1er octobre 2013. Il a été en outre recommandé de rechercher d’autres moyens de financement, en  particulier à travers la conclusion de partenariats avec le secteur privé. Dans tous les cas CGLU et ses sections régionales ont besoin d’accroître leur visibilité. Il est en conséquence proposé de lancer une campagne de mobilisation ciblant les membres actuels et potentiels, ainsi l’ensemble des protagonistes susceptibles de devenir membres associés ou partenaires de CGLU.

7. Sur la préparation du congrès, il a été rappelé que c’est l’Afrique tout entière qui accueille la communauté mondiale des gouvernements locaux et en conséquence la forte présence des autorités locales et régionales d’Afrique au Congrès est indispensable. Il a été aussi mentionné que ce Congrès est l’occasion de fêter le Centenaire du Mouvement Municipal Mondial, ce qui va donner lieu à une exposition qui pourra devenir itinérante après le Congrès auprès des sections régionales qui le souhaitent.

8. Prochaines réunions des instances de CGLU.

Bureau exécutif mondial 2014: Liverpool, Royaume Uni, juin 2014

Conseil Mondial 2014: Haikou, Chine, novembre 2014

Bureau exécutif mondial 2015: Porto Alegre, Brésil, juin 2015.