Gestion de la pandémie de coronavirus en Afrique : La réponse des villes et territoires, consultations sous régionales pour l’Afrique de l’Est et l’Afrique Australe

AVIS DE MARCHÉ DE SERVICES

Avis d’appel d’offre pour la fourniture de prestation de billetterie et d’hébergement pour le
compte du Secrétariat Général de Cités et Gouvernements Locaux Unis d’Afrique (CGLU-A) dans le cadre de son fonctionnement et ses activités annuelles
Lieu d’exécution : Rabat, Maroc
N/Réf : N° AO/AGENCE DE VOYAGES–CGLU-A/2020

plus d’information sur l’appel d’offres ici

3ème voyage d’étude des étudiants de l’Université Internationale de Floride (FIU) au Maroc

Du 26 février au 2 mars 2018

L’Académie Africaine des Collectivités Locales (ALGA) organisera le 3ème voyage d’étude des étudiants de l’Université Internationale de Floride (FIU) au Maroc du 26 février au 2 mars 2018.

Les visites programmées comportent des visites organisations governementales officielles, les unités des autorités locales, les universités ainsi que CGLU Afrique et l’AMPCC.

De plus informations seront disponibles prochainement.

Participation d’ALGA au séminaire Régional de l’Oriental (Maroc) sur le Numérique

T

Le conseil régional de l’oriental et le programme du Coaching Territorial ont organisé un séminaire régional sur le numérique le 22 décembre 2017 à Oujda (Maroc).

L’Académie Africaine des Collectivités Territoriales (ALGA) de CGLU Afrique a pris part à la rencontre qui avait pour thème : « Le numérique dans le développement économique et social de la Région de l’Oriental ».

La directrice d’ALGA, Dr. Najat Zarrouk y a été représentée par Dr Kamaté Ismaël, Chef du Pôle Observatoiredu Capital Humain d’ALGA.

Le séminaire a enregistré la participation d’une centaine de personnes qui ont pris part à 6 sessions d’échanges (3 plénières et 3 parallèles).

La cérémonie d’ouverture a été marquée par les allocutions de M. Abdenbi Bioui, Président du Conseil Régional de l’Oriental et M.  Mouâad Jamai, Wali de la Région de l’Oriental. Revenant sur l’importance du thème, ils ont insisté sur le fait que le numérique en plus du fait qu’il s’impose à nous, ouvre d’importantes opportunités, propose de nouvelles manière de travailler pour le développement économique et Social de la Région. C’est pourquoi et partant de la politique Nationale « Maroc Digital 2020 », ils ont exprimé leur volonté de faire de la Région de l’Oriental un hub en matière de numérique. Il faut dire que la Région de l’Oriental est bien avancée en matière de numérique avec deux jeunes entrepreneurs qui ont remporté le 1er prix au niveau national dans le domaine du numérique.

Les panels ont abordé les thématiques suivantes :

– La place du numérique dans le développement économique et social des territoires ;

– Le numérique au service de l’ESS (économie sociale et solidaire) : pourquoi et comment ? » et l’expérience de la Région de l’Oriental ;

– La coopération Sud-Sud, le premier HUB de la commercialisation des produits de l’ESS.

– Comment vendre ses produits avec les nouvelles technologies (e-commerce, site web…)

– Les outils du Coaching Territorial au service des synergies locales, des partenariats et de la bonne gouvernance des coopératives.

 

Les échanges ont débouchés sur les conclusions et recommandations suivantes :

  1. La présence d’une volonté des autorités locales de la Région de l’oriental (Président du Conseil Régional, Monsieur le Wali) de mettre à profit de façon optimale le Numérique dans la dynamique de développement économique et Social de l’Oriental ;
  2. La nécessité d’ouvrir et de faciliter l’accès au marché du Numérique aux différents acteurs économiques de la Région notamment les coopératives, les jeunes entrepreneurs ;
  3. La nécessité d’inciter et d’appuyer les jeunes entrepreneurs dans le secteur du Numérique ;
  4. L’importance de faire du numérique un secteur d’insertion professionnelle pour les jeunes en mettant en place des mécanismes d’accompagnement efficace à la création d’emploi dans le secteur du numérique ;
  5. La nécessité également de renforcer la démarche du coaching territorial en dotant les futurs coaches de connaissances pratiques dans le domaine du Numérique.

Décès de Mme Abdou Assamaou KOSSEYTI, Vice-Présidente de REFELA Région Afrique de L’ouest

Le Réseau des Femmes Elues Locales d’Afrique (REFELA) a appris avec grande tristesse le décès de Mme Abdou Assamaou KOSSEYTI, Vice-Présidente de REFELA Région Afrique de l’Ouest et Maire de Birni N’Gaouré au Niger. Décès survenu le 4 Mars 2017 au Maroc.

 

Mme Abdou Assamaou KOSSEYTI  a été élu Vice-Présidente REFELA pour la région Afrique de l’Ouest lors du dernier sommet Africités 7 tenu 29 novembre au 03 décembre 2015 à Johannesburg (Afrique du Sud).  Elle était par ailleurs, la présidente nationale du Réseau des femmes élues locales du Niger (REFELON).

CGLU Afrique présente ses condoléances à la famille des autorités locales du Niger pour cette grande perte.

La Banque Mondiale : « les villes africaines sont surpeuplées, déconnectées et coûteuses »

Un nouveau rapport de la Banque Mondiale a été publié le 9 février 2017, sur l’état actuel des villes africaines. Le rapport note que les villes en Afrique subsaharienne sont surpeuplées, déconnectées et coûteuses  ce qui entrave leur développement alors qu’elles regorgent de potentialités.

Selon le rapport intitulé, Ouvrir les villes africaines au monde, la population urbaine en Afrique connaît une croissance sans précédent. En effet, les zones urbaines comptent 472 millions d’habitants et ce chiffre va doubler au cours des 25 prochaines années. Cette situation appelle à la création urgente de postes d’emplois productifs, de logements accessibles et d’infrastructures efficaces au sien des villes en Afrique.

Cependant, la réalité en Afrique est loin de cela. Comme le souligne le rapport de la Banque Mondiale, les villes d’Afrique subsaharienne s’urbanisent avec des niveaux de revenus inférieurs à ceux des autres régions du monde avec le même niveau d’urbanisation. Ceci est principalement dû au fait que le processus de concentration de la population dans les villes en Afrique n’a pas donné lieu à des investissements suffisants dans les infrastructures urbaines et autres structures industrielles et commerciales, ni dans une offre appropriée de logements abordables.

Cette situation s’est répercutée sur les conditions de vie des citadins africains. Ces derniers sont amenés à payer des coûts plus élevés pour les services de base et l’alimentation que les citadins des pays à niveau de revenus similaire. Ils rencontrent beaucoup de difficultés pour accéder à un logement abordable et digne. En effet, « par rapport aux autres pays en développement à niveau de revenus similaire, les biens et services coûtent entre 20 et 31 % plus cher aux ménages urbains africains», cite le rapport.

Un autre problème majeur que les habitants des zones urbaines rencontrent en Afrique est celui du transport. Avec des systèmes de transport public défectueux ou même inexistants, les travailleurs sont forcés de dépenser plus pour se déplacer avec des minibus privés ou taxis. Par ailleurs, sachant que les systèmes de minibus informels sont loin d’être économiques, beaucoup de personnes n’ont d’autres choix que de se déplacer à pied.

Les entreprises ne sont pas épargnées par la cherté des coûts dans les villes africaines puisqu’elles sont obligées de verser des salaires plus élevés. Ceci les rend moins compétitives et limite leur productivité.

Cela dit, il n’y a pas que des zones d’ombre. Le rapport assure que la solution pour que les villes africaines se libèrent de cette « trappe de sous-développement », est de régulariser les marchés fonciers, clarifier les droits de propriété et instituer des politiques efficaces d’aménagement urbain afin de rassembler les territoires ; et en second lieu, investir tôt et de manière coordonnée dans les infrastructures,afin de relier ensemble tous les éléments du développement urbain : résidentiel, commercial et industriel.

Pour télécharger le rapport Ouvrir les villes africaines au monde, cliquez ici.

Pour plus d’informations, visitez le site de la Banque Mondiale ici.

Revue de presse hebdomadaire des collectivités locales africaines

CGLU Afrique vous propose la revue de presse hebdomadaire web des principales informations relatives aux collectivités locales africaines de la semaine du 19 au 23 septembre 2016.

Le tour d’horizon des nouvelles des collectivités locales du continent disponible en un clic ici

N’hésitez pas à vous abonner à la mailing List, disponible en fin de la revue, pour la recevoir chaque lundi.

Revue de presse hebdomadaire des collectivités locales africaines

CGLU Afrique vous propose la revue de presse hebdomadaire web des principales informations relatives aux collectivités locales africaines de la semaine du 18 au 22 juillet 2016.

Le tour d’horizon des nouvelles des collectivités locales du continent disponible en un clic ici

N’hésitez pas à vous abonner à la mailing List, disponible en fin de la revue, pour la recevoir chaque lundi.

Consultation sur le rôle des zones métropolitaines pour le rapport GOLD IV et l’Agenda mondial des gouvernements locaux et régionaux

Cités et Gouvernements Locaux Unis (CGLU) et Metropolis organisent un atelier sur le rôle des régions métropolitaines dans l’Agenda mondial des gouvernements locaux et régionaux. L’atelier se tiendra du 4 au 5 juillet 2016 à Barcelone.

Les participants auront l’occasion de débattre et de valider les deux documents suivant :

Le chapitre consacré aux régions métropolitaines dans le rapport GOLD IV (Observatoire mondial sur la démocratie locale et de la décentralisation).

Les recommandations sur les régions métropolitaines de l’Agenda Mondial des gouvernements locaux et régionaux.

Le but de cette consultation sera de modifier et compléter ces deux documents conformément aux travaux qui ont été mené depuis la première consultation de mars 2015.

Le rapport GLOD IV sortira officiellement lors du 5e Congrès CGLU qui aura lieu à Bogota en octobre prochain.

Plus d’informations disponible en anglais ici et ici